Suivez Nous

Côte d’Ivoire : Un appel au boycott des produits Orange lancé par les consommateurs

Cyril Verb | | Société

Le Collectif des associations de consommateurs et des organisations de la société civile appelle  au boycott des produits et services de la compagnie de téléphonie mobile Orange Côte d’Ivoire.

Six (6) griefs  sont formulés contre l’entreprise. Et, le mécontentement des consommateurs est clair. Le communiqué du regroupement d’associations de consommateurs critique entre autres  les augmentations qui ne tiennent pas compte du pouvoir d’achat des consommateurs, la mauvaise qualité du réseau, l’augmentation de la grille tarifaire du service de transfert d’argent Orange Money et des publicités flatteuses voire mensongères.

Selon le porte-parole du mouvement, un courrier a été déposé début décembre auprès de la direction de la compagnie  pour demander des explications aux mesures contestées. Deux semaines après, le courrier n’a reçu aucune suite. Aucun communiqué,  aucun courrier, encore moins d’appel  n’ont émané de chez Orange Côte d’Ivoire.

« Vu le manque de considération des consommateurs que nous sommes, vu que Orange par ses actes créé un État dans un État, nous lançons un appel au boycott des produits et services d’orange Côte d’Ivoire les 28, 29 et 30 décembre 2017 », martèle par conséquent le collectif de consommateurs.

L’appel sera-t-il suivi ? Le gouvernement réagira-t-il  aux plaintes des consommateurs? « La décision du collectif des associations de consommateurs est compréhensible et les motifs évoqués sont réels. Le comportement de Orange est frustrant pour les populations. On se retrouve pris en otage même si nous sommes dans un système libéral. Nous payons la redevance RTI pour recevoir des pubs. Aucun débat sur ces questions d’augmentations. Le gouvernement ne prend pas des décisions vigoureuses pour lutter contre la cherté de la vie ». Et d’ajouter, « Finalement ces entreprises en font à leur tête. C’est aussi de L’incivisme. Il faut que les populations se mettent ensemble pour faire valoir leur droits autant que leurs devoirs », insiste ce consommateur résident dans la commune chic de Cocody.

Le gouvernement  a plafonné récemment les prix de certaines denrées alimentaires de première nécessité. Sur les marchés ivoiriens, les prix pratiqués diffèrent. Les plaintes fusent. Les réactions des autorités se font attendre.

 

Cyril Verb