Suivez Nous

Le corps de Dj Arafat exhumé par ses fans, juste après son enterrement

Arsene DOUBLE | | Société

Dernière demeure du roi du coupé décalé Dj Arafat

Frustrés d’avoir été empêchés d’assister à l’inhumation de leur artiste préféré, les “Chinois” ont déterré le corps de Dj Arafat. Les faits se sont déroulés ce samedi 31 août, juste après le départ précipité des autorités du cimetière de Williamsville.

Le cercueil enterré au cimetière de Williamsville, ce matin, renfermait-il le “vrai” corps de Dj Arafat? La question a divisé les “chinois”, fans de l’illustre disparu. Pour d’autres, la dépouille présentée reflète celle du Daishikan. Un avis que certains fans, très sceptiques, ne partagent pas. Cependant, le fait d’avoir été empêchés par les autorités d’assister à l’inhumation de leur star Dj Arafat ainsi que le départ précipité de ces derniers du cimetière mettront le feu aux poudres.

En colère, les “chinois” décident d’extraire la bière du tombeau. Ils ouvrent le caveau et y retirent le cercueil pour le fracasser. Les fans examinent le corps sans vie de l’artiste, lui déchirent les vêtements avant de les arracher.

« Lorsqu’il organisait ses concerts il n’y avait jamais eu de corps habillés mais tout se passait bien. Pourquoi on nous arrache Yôrôbô aujourd’hui ? Même s’il est décédé nous devons voir clair dans l’affaire. Là où vous avez mis son corps, nous tenons à savoir. Nous étions au stade depuis hier (NDLR : le vendredi 30 août) de 6 heure jusqu’aujourd’hui (NDLR : le samedi 31 août) à 7 heures et on va se foudre de nous à la fin », s’est indigné un « Chinois ».

« Comment cinq corbillards peuvent aller à l’enterrement d’un seul corps ? C’est du jamais vu », a expliqué un autre. Tandis qu’un de ses amis, chinois comme lui enfonçait le clou : « Le corps que nous avons exhumé n’est pas celui de DJ Arafat. Nous avons toutes les preuves. C’est une momie qui a été enterrée. Arrêtez de vous foudre de nous». Affirme un autre fan de l’artiste.

Pourtant, en raison des obsèques de l’artiste, 6.000 forces de l’ordre avaient été mobilisées sur papier pour prévenir d’éventuels débordements le vendredi 30 et le samedi 31 août 2019. A savoir, 3.000 policiers, 2.000 gendarmes et 1.000 Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI).

Malgré tout, les réactions ne font pas encore l’unanimité : « Ce n’est pas lui !» et « C’est Yôrôbô ! ».

 

Arsène DOUBLE