Suivez Nous

La commercialisation de la mangue en Côte d’Ivoire

Irene COULIBALY | | Société

En Côte d’Ivoire, chaque période se ratte à la floraison d’aliments précis. Et depuis plus de trois semaines maintenant nous sommes de pleins pieds dans le mois de mai, mois marqué par la saison pluvieuse et aussi par celle de la mangue qui est vendue un peu partout sur le marché.

Fruit comestible tropical du manguier, la mangue qui n’est plus à présenter est bien visible partout sur le marché ivoirien. En sillonnant les quartiers, au abord des routes et à presque chaque carrefour, l’on aperçoit ce fruit très prisé par la population ivoirienne étalé, attendant l’affluence de la clientèle.

« J’achète le carton de mangue à 10 000 FCFA et sur chaque carton je gagne en moyenne 5 000 FCFA en fonction de l’affluence des clients. Par jour, je peux écouler un carton ou plus et rentrer à la maison les poches pleines » ; témoigne une jeune commerçante de la place. Un récit qui est le même pour la plupart d’entre elles. Cette activité bien qu’elle semble juteuse n’est pas non plus sans conséquence car la conservation des mangues reste délicate et certains cartons en contiennent qui sont en état de putréfaction, ce qui constitue une perte pour les commerçants.

Il existe différents types de mangues en Côte d’Ivoire notamment les greffés, les camerounaises qui ont la peau verte et celles provenant de la ville d’Abengourou à l’est du pays et qui en porte le nom. On en trouve de toutes les qualités, goût et prix ; de quoi satisfaire toute la clientèle.

 

Pourquoi consommer la mangue ?

La consommation de la mangue est essentielle pour le bon fonctionnement de l’organisme car sa chair orangée et juteuse est riche en vitamine C, E, A, B1 et B2. Elle possède par son jus un anticancer sur des cellules in vitro grâce à son contenu en polyphénols. Dans le monde, c’est le deuxième fruit le plus consommé après la banane douce et en Côte d’Ivoire les consommateurs ne se font pas prier.

 

Irène COULIBALY