Suivez Nous

Clémence Botino, Miss France 2020, raconte comment elle a vécu l’incendie de son immeuble

Danielle YESSO | | Société

Clémence Botino vit une année de règne compliquée. Alors qu’elle occupait tranquillement son appartement parisien, Miss France 2020 a été surprise par un incendie survenu dans son immeuble. Plus de peur que de mal pour la jolie brune, qui s’est confiée sur sa nuit d’horreur auprès du Parisien.

Clémence Botino vient de vivre une expérience traumatisante, dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 juillet. En effet, un violent incendie s’est déclaré dans l’immeuble de son appartement de Miss, situé dans le 17e arrondissement parisien. Le bilan fait froid dans le dos : une dame âgée n’a pas survécu à ce drame, qui a également fait deux blessés graves et dix légers. Quelques heures plus tard, Sylvie Tellier s’est exprimée sur les réseaux sociaux pour rassurer la communauté de la jolie guadeloupéenne. « Elle est sous le choc, elle n’est pas blessée », a-t-elle déclaré sur Instagram. Désormais remise de ses émotions, Clémence Botino a livré un témoignage glaçant sur sa nuit d’horreur dans une interview accordée au Parisien.

Reconnaissante vis-à-vis des pompiers pour leur sauvetage, Clémence Botino a tenu à relativiser. « J’ai eu peur ! Mais c’était plus de peur que de mal. Le soir même, j’ai recommencé à sourire. Mais il y a eu un contrecoup, des va-et-vient. Heureusement, je suis très entourée, je n’ai pas été touchée et je suis en vie », a-t-elle assuré. Miss France 2020 réalise aussi la chance qu’elle a eue de ne pas dormir au moment du drame. « J’ai mis du temps à réagir, a-t-elle poursuivi. J’ai entendu l’alarme incendie, mais je n’ai pas tilté tout de suite, car on n’imagine pas que cela puisse vous arriver. J’ai entendu des cris et j’ai pensé que des voisins avaient un peu bu. J’ai ouvert la porte de mon appartement et j’ai vu des gens courir, crier. » Si certains ont su s’extirper des flammes en prenant les escaliers, cela n’a pas été le cas pour la Miss.

« J’ai voulu prendre l’escalier, mais c’était impossible, car j’habite au 4e étage et il y avait trop de fumée, a-t-elle précisé. Je suis retournée chez moi et je me suis enfermée sur le balcon en fermant les fenêtres. Or, avec le stress, j’ai laissé la porte de l’appartement ouverte et la fumée est rentrée. Il y en avait beaucoup chez moi. » Désormais relogée, Clémence Botino en profite pour reprendre ses esprits.

 

Danielle YESSO