Suivez Nous

Célébration de la journée africaine de la sécurité routière en côte d’ivoire

Irene COULIBALY | | Société

©Le Directeur génétal de l’OSER, Dr Désiré Echui Aka, en interview à la paroisse méthodiste unie du Plateau

La Côte d’Ivoire à l’instar de plusieurs pays africains a célébré la journée africaine de la sécurité routière dans sa capitale économique Abidjan. Pour cette 7ème édition, la cible fut les lieux de cultes et l’accent a été mis comme toujours sur la sensibilisation.

« La sécurité dans les transports en commun », c’est le thème qui à meublé la 7ème édition de la célébration de la journée africaine de la sécurité routière. A cet effet, l’office de la sécurité routière (OSER) en Côte d’Ivoire a mené une campagne de sensibilisation sur les accidents de la circulation. Deux sites ont été choisis pour cette campagne, la mosquée d’Aghien aux Deux-plateaux et l’église méthodiste unie du plateau vendredi 17 et dimanche 18 novembre, afin de sensibiliser les usagers au respect du code de la route.

Le choix des lieux de cultes pour cette 7ème édition est né de la volonté du ministre des transports ivoiriens de toucher un plus grand nombre de personnes passant, rendre hommage à toutes les victimes qu’a pu connaitre la Côte d’Ivoire.

En Côte d’Ivoire, sur les 1000 accidents qui ont lieux chaque année, on dénombre12.000 blessés et 900 cas de décès. Et ces accidents sont pour la plupart dues aux facteurs humains comme le précise Dr. Ehui Aka Désiré, directeur général de l’OSER.

La journée africaine de la sécurité routière est célébré chaque 18 novembre par les Etats membres de l’union africaine (UA). Elle vise à mobiliser les acteurs publics et privé, sensibiliser et informer le public sur les dangers de l’incivisme routier.

Vu les énormes dégâts que cause le problème routier dans ces pays africains, il est important que tous les acteurs se mobilisent pour les minimiser, surtout en ces périodes de fin d’années où la circulation est encore plus dense.

 

Irène COULIBALY