Suivez Nous

Burkina Faso : L’inauguration de la statue géante de Thomas Sankara crée polémique sur les réseaux sociaux

Jean Paul Tra Bi | | Société

Considérée comme l’une des icônes d’Afrique notamment le Burkina Faso, la statue géante de Thomas Sankara a été l’objet de polémique à travers les réseaux sociaux. Le samedi 2 mars 2019, plusieurs dirigeants Africains dont l’ancien président du Ghana John Jerry Rawlings, le président burkinabé et d’autres grandes personnalités ont contemplé le monument historique.

Vue la posture caricaturale de la statue de Thomas Sankara, plusieurs internautes ont critiqué la morphologie de cette statue car qu’aucun trait distinctif ne ressemblait au défunt, un constat déplorable.

« Ce n’est même pas Thomas Sankara, mais le noir est méchant hein, je comprends que vous détestez encore ce héros, même sur la statue, vous lui faites encore du mal. Je suis sûr que c’est encore le méchant de Blaise Compaoré qui a commandité ce coup depuis son exil » a lancé un internaute.

Né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso, Thomas Sankara fut un homme d’État anti-impérialiste, panafricaniste et tiers-mondiste voltaïque, puis chef de l’État de la République de Haute-Volta rebaptisée Burkina Faso, de 1983 à 1987.

Il a été abattu lors d’un coup d’État qui amène au pouvoir Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987. Son souvenir reste vivace dans la jeunesse burkinabé mais aussi plus généralement en Afrique, qui en a fait une icône.

Sous la supervision de Jean-Luc Bambara, la statue géante de Thomas Sankara est construite en collectivité par les sculpteurs Burkinabè. Elle est montée sur un socle en béton de trois mètres de haut de forme pyramidale à quatre faces comportant sur chacune de ces quatre faces trois des douze bustes en “haut relief” symbolisant les douze camarades fauchés avec le capitaine Sankara le 15 octobre 1987, en bronze patiné, c’est un travail artistique.

L’inauguration de cette œuvre relève d’une importance capitale dans le processus de construction du mémorial Thomas Sankara, selon l’avis du colonel Bernard Sanou, président du comité international de Thomas Sankara.

Cette cérémonie d’inauguration montre qu’au delà de l’homme, ce qui est important c’est les idées qu’on développe, du moment que ces idées traversent des âges, des générations, des pays, elles véhiculent l’intérêt des peuples.

Ainsi, pour Roch Marc Christian Kaboré, les idées et les actions du capitaine Thomas Sankara doivent être perpétuées pour les futures générations : « Nous devons, à travers l’ensemble de ces œuvres et du travail qu’il a fait pour ce pays, l’engagement personnel au-delà de sa vie, tirer l’ensemble des leçons pour nous-mêmes et pour les générations à venir… ».

Le Comité International du Mémorial Thomas Sankara (CIMTS) rassure les personnes qui, à juste titre, ont noté que les traits et la forme du visage sur la statue ne reflètent pas ceux du visage de Sankara, que leur préoccupation sera bientôt résolue dans le cadre du processus de finition de l’oeuvre.

Rappelons que La statue a été construite à l’endroit même où le 15 octobre 1987, le père de la révolution burkinabè et ses camarades ont été assassinés.

 

Jean Paul TRA BI