Suivez Nous

Brésil : La censure de la BD Marvel « Young Avengers » par le maire de Rio au cœur d’une polémique

Irene COULIBALY | | Société

Le baiser entre Hulkling et Wiccan dans « Young Avengers : the Children’s crusade » © Crédit Photo: Marvel

Tout est parti avec un baiser entre deux super-héros gay de la BD. Le maire de Rio a alors été autorisé samedi dernier à saisir cette bande dessinée qu’il estimait inapproprier pour les mineurs. Mais, cette initiative du maire n’est pas du goût de tous.

Partout au Brésil, ce baiser a eu l’effet d’un boom tant il alimente les conversations. Le maire de Rio, Marcelo Crivella a donc saisi tous les livres à thématique LGBT (lesbienne, gay, bi, Trans) qu’il juge inapproprier pour les mineurs, avec le soutien du tribunal de Rio de Janeiro, Claudio de Mello Travares.

Une bande dessinée de super héros adressé à un jeune lectorat n’est pas sensé aborder les questions de sexualité et devrait par conséquent être suivi d’un bandeau d’avertissement.

 

Des réactions indéfendues par le maire

Mais alors qu’il pensait être soutenu de tous, sa démarche a eu un effet contraire chez des écrivains et éditeurs qui parlent de « censure ». la raison principale selon eux est que la décision du maire vise précisément l’interdiction de magazines exposant des baisers gay au profit des autres. « J’interprèterais cela comme étant motivé par de la discrimination, tant de la part du maire que du juge », a estimé un spécialiste du droit constitutionnel, Michel Mohallem, de la fondation Getulio Vargas.

La clientèle semble aussi ne pas apprécier cette démarche de Marcelo car elle s’est ruée sur les ouvrages en vente au salon du livre. Felipe Neto qui est l’un des YouTubeurs les plus suivis au Brésil avec 34 millions d’abonnés a quant à lui acheté 14 000 volumes consacrés aux thématiques LGBT. Il les a ensuite distribués gratuitement sur les lieux en signe de désaccord avec la décision du maire.

Marcelo Crivella est un ancien évêque de l’église universelle du royaume de Dieu. Il a été élu maire en 2016 et avait promis faire de l’élimination de la forte criminalité à Rio, son champ de bataille.
Le Brésil est par ailleurs l’un des pays qui compte le plus grand nombre d’assassinats de personnes LGBT.

 

Irène COULIBALY