Suivez Nous

Les arrestations se multiplient contre les écrivains, artistes et journalistes en Iran

Irene COULIBALY | | Société

Les écrivains iraniens Baktash Abtin, Keyvan Bazhan et Reza Khandan-Mahabadi, membres de l’Association des écrivains iraniens, ont été condamnés à six ans de prison en première instance.
© Association des écrivains iraniens.

Plus de 7 000 arrestations ont eu lieu au cours de l’année 2018 selon Amnesty international. Les victimes sont pour la plupart des écrivains, des artistes et journalistes.

Les chiffres sont en effet très alarmant en Iran. Les arrestations continuent et se multiplient contre cette partie de la population. « Nous sommes inquiets de la condamnation de trois de nos membres », affirme Aida Amidi, poète et membre de l’Association des écrivains iraniens. Une association fondée en 1969 avec pour objectif de promouvoir la liberté d’expression et de lutter contre la censure.

En mai, trois de ses membres ont été une fois de plus arrêtés alors qu’elle s’apprêtait à fêter ses 50 ans d’existence. Baktash Abtin, Keyvan Bazhan et Reza Khandan-Mahabadi, ont été condamnés chacun à six ans de prison pour “propagande contre le régime et rassemblement et collusion dans le but d’agir contre la sécurité nationale”.  Les raisons sont les suivantes : leurs activités au sein de l’association et l’organisation d’une cérémonie en hommage au poète iranien Ahmad Shamlou, mort en 2000. Ils sont maintenant en attente de la décision finale de la cour d’appel iranienne qui généralement confirme ou réajuste la peine principale. Les pressions sur l’association ont toujours existé, mais elles sont de plus en plus fortes, dénonce l’un des membres.

La liberté des droits de l’homme est de plus en plus précaire en Iran. Et cette année, les peines varient entre 24, 30 et 33 ans tandis qu’avant jugé déjà trop lourde, elles atteignaient 10 ou 15 ans, selon des rapports communiqués à Amnesty International. « De cette manière, les autorités veulent montrer l’exemple et faire peur aux gens », a affirmé une chercheuse.

Face à toutes ces arrestations arbitraires, une pétition a été lancée par des anonymes sur change.org pour protester contre la condamnation des écrivains de l’association iranienne. Cette pétition a notamment été signée par le Jafar Panahi, réalisateur iranien, sous le coup d’une interdiction de sortie de territoire et de filmer.

Les membres de l’association appel à l’aide face à cette situation afin que cela n’arrive pas à d’autres écrivains ou journalistes membres ou pas de l’association.

 

Irène COULIBALY