Suivez Nous

Algérie : La langue française, en perte de vitesse dans les universités

Djibo B. AMADOU | | Société

Langue coloniale puis seconde langue nationale dans les années 70-80, le français est aux abois de nos jours en Algérie. Un récent sondage indique que 94% des étudiants sont favorables à l’enseignement de l’anglais.

En Algérie, la langue française est en agonie, un récent sondage indique que 94% des étudiants sont favorables à l’enseignement de l’anglais. Et le 21 juillet dernier, Tayeb Bouzid, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a recommandé aux recteurs de rédiger les en têtes de tous les documents officiels et administratifs en arabes et en anglais. Le 8 juillet, il avait aussi avoué vouloir consolider l’utilisation de l’anglais dans la recherche.

Et pourtant, la langue de Molière a longtemps vécu en Algérie, elle s’est même imposée aux cotés de l’arabe.  Ce « virement langagier » serait un coup dur pour l’hexagone qui depuis quelques décennies promeut le français grâce aux actions de la francophonie. Pour le chercheur en linguistique, Yassine Temlali : « la francophonie est un enjeu économique pour la France ».

Depuis 1996, le Rwanda a aussi choisi l’anglais comme langue officielle en lieu et place du français. De plus, en 2009 Kigali introduit l’anglais comme langue d’enseignement. D’autres pays tenteront-ils d’imiter l’Algérie ? Quoiqu’il en soit, l’anglais demeure une langue importante

 

Djibo B. AMADOU