Suivez Nous

5 idées reçues sur la pilule du lendemain

100pour100culture | | Santé et Bien-être

pilule-du-lendemain

Une nouvelle pilule du lendemain est désormais disponible sans ordonnance. A cette occasion, le Dr Christelle Besnard-Charvet, gynécologue, fait le point sur la contraception d’urgence.

Suite à une décision européenne, l’acétate d’ulipristal (commercialisée sous le nom d’EllaOne par le laboratoire HRA pharma) est désormais en vente libre. Autre bonne nouvelle : le labo a annoncé une baisse de prix de 23,59 euros à 19,70 euros. Elle vient ainsi rejoindre une autre pilule du lendemain disponible en pharmacie sans prescription, le levonorgestrel. A l’occasion de cette petite révolution dans le domaine de la contraception d’urgence, l’institut Harris Interactive a mené un sondage auprès de 1000 femmes de 15 à 50 ans. Bilan : les femmes ne sont globalement pas très bien informées de la démarche à suivre en cas de rapport pouvant menée à une grossesse non désirée, et les idées reçues ont la vie dure.

 

1 – Comment agit la pilule du lendemain ?

Elle vise à retarder l’ovulation pour éviter la fécondation. Il ne s’agit en aucun cas d’un avortement.

2 – Dans quel cas faut-il la prendre ?

En cas de rapport sexuel non ou mal protégé : oubli de pilule, de préservatifs, rupture du préservatif, décollement d’un patch contraceptif, expulsion d’un dispositif intra-utérin, etc..

3- Dans quel délai doit-on la prendre ?

Le levonorgestrel doit être utilisé dans les 3 jours qui suivent le rapport pouvant conduire à une grossesse nos désirée. EllaOne, elle, a une efficacité allant jusqu’à 5 jours. Il est important de savoir que plus la pilule du lendemain est prise tôt, et plus son efficacité est grande.

4 -La pilule du lendemain est-elle efficace à 100%?

Son efficacité est difficile à estimer. On sait qu’elle n’est pas de 100% mais qu’elle augmente si la pilule est prise rapidement.

5 – Y-a-t-il d’autres moyens de contraception d’urgence ?

Le dispositif intra-utérin au cuivre est abortif s’il est posé dans les cinq jours suivant le rapport problématique, mais il nécessité une consultation chez un gynéco ou une sage femme pour être posé.

Pour plus d’informations : choisirsacontraception.fr

Merci au Dr Christelle Besnard-Charvet, gynécologue et homéopathe

 

Maureen Diament

Source : http://www.mariefrance.fr