Suivez Nous

Le paracétamol, un médicament qui soulage facilement mais qui peut être dangereux en cas de mauvais usage

Irene COULIBALY | | Santé et Bien-être

Pratique et accessible à toutes les bourses, le paracétamol peut nuire à notre santé quand il est mal utilisé. Lorsque ce médicament est consommé de façon abusive, il peut devenir mortel pour le consommateur.

Il est en général utilisé pour soulager les douleurs passagères, il est pratique. Tellement pratique qu’il est très souvent utilisé sans avis de médecin et cela n’est pas sans risque. Il a même été la cause de nombreux décès dont celui de Naomi Musenga. Celle-ci a trouvé la mort à la suite d’une surdose qui a touché son foie ; elle n’a pu être secourue à temps. Il y a aussi des risques que certains organes de l’organisme soient affectés en cas de surdose.

On peut notamment citer les risques pour le foie. Le surdosage même faible, peut être toxique pour le foie, comme le rappelle la mort de Naomi Musenga. Il est donc fortement déconseillé aux personnes atteintes de maladies liées au foie d’en prendre sans avis de médecin. « Le paracétamol est une molécule qui, après son ingestion, est transformé par le foie en un métabolite toxique (N-acétyl p-benzoquinone imine) capable en cas de surdosage de détruire les cellules du foie », explique Jean-Paul Giroud pharmacologue clinicien.

Il est aussi toxique pour les reins car la molécule qu’il contient diminuerait la capacité rénale. Grâce à des études effectuées par des chercheurs britanniques, ce verdict a pu être confirmé.

Les mêmes études ont également pu révéler qu’une prise régulière du médicament, soit 22 comprimés de 500mg par mois, augmenterait le risque de développer une maladie cardiovasculaire dans l’espace de douze ans, car la substance augmente la pression artérielle. Pour éviter cela, il est conseillé de ne pas dépasser 3 grammes en 24 heures et de ne pas l’associer à l’alcool.

Petits conseils

Pour éviter tous ces désagréments, un adulte ne doit pas dépasser les 4 grammes tout en respectant un intervalle de 4 heures entre deux prises. L’intervalle est de 6 heures pour les enfants et avec des doses plus réduites. Si la douleur persiste au-delà de 5 jours, il est préférable de voir un médecin pour éviter des complications.

Certains médicaments contiennent déjà du paracétamol (Doliprane, Efferalgan ou Dafalgan) il faut donc faire attention aux mélanges.  Si l’on veut en prendre avec un autre médicament, dans ce cas, il faut  bien lire la notice pour éviter le surdosage involontaire.

 

Irène COULIBALY