Suivez Nous

Solo Jah Gunt de retour sur la scène musicale

Marc Gballou | | Musique

-
Pour ceux qui l’ont connu en Afrique, c’est un artiste plein de talent dont les jeunes attendent beaucoup. Son style dynamique swinguant de l’époque a laissé plus d’un sur sa faim. plus de 10 ans après SOLO JAH GUNT fait le point dans un best of et annonce son tout nouveau.

Considéré par beaucoup comme le n°1 du Rub a Dub africain, Solo Jah Gunt a apporté à ce courant musical né à la fin des années 70 en Jamaïque une touche africaine et contemporaine «Reggae Ba Dub ».

Solo Jah Gunt, Souleymane Traoré à l’état civil, est né le douze décembre 1967 à Ferkessedougou au nord de la Cote d’Ivoire. A l’âge de 4 ans il fabrique lui même ses premiers instruments de musique : la batterie est construite à base d’emballages de carton et la guitare est un savant assemblage de boites de conserves et de câbles de freins de vélomoteurs. Dès l’âge de 8 ans, il joue comme batteur dans plusieurs groupes locaux tels que les Mingstars du quartier Gare, les Gloglos de Bromakoté, les Pinto de Ferke. Très vite, Il devient le « bon petit » du groupe Makumba de Ferké (qui a vu le passage de certaines figures de la musique africaine telles que Alpha Blondy, Georges Kwaku, Camus, Abou Smith… ) A 15 ans, Solo monte à Abidjan la capitale dans le but de faire connaitre son travail artistique. C’est à cette époque qu’il rencontre les principaux producteurs de la radio télévision ivoirienne comme Georges Tai Benson, Georges Aboké, Roger Fulgence Kassy, koné Siriki Sil, BaBa Coulibaly, Francis Aka etc… Lorsqu’on a faim, on a peur de rien. Son culot, son énergie et sa persévérance commencent à payer. Il a désormais une visibilité certaine dans le milieu. Il participe à « Première chance », l’émission culte des années 80 animée par Roger Fulgence Kassy qui met en scène les jeunes artistes en herbe. Il remporte brillamment la sélection. Le public ivoirien est immédiatement séduit.

Debut 1990 il sort son premier album. Il se vent à 300 000 exemplaires (sans compter les versions piratées, casquettes, teeshirt …) et devient ainsi Disque d’or… ou plus exactement Wembele d’or. Ce premier album fait beaucoup de bruit en Cote d’Ivoire et dans toute l’Afrique de l’Ouest. Le rêve de Solo devient réalité : il devient la coqueluche de la jeunesse ouest africaine.

Avec ses mélodies entrainantes, ses paroles revendicatives et militantes mais toujours remplies d’amour et de tolérance, le reggae de Solo Jah Gunt chanté en français, dioula, sénoufo et anglais, devient vite une référence auprès de la jeunesse ivoirienne et africaine.

SOLO: le diminutif de Souleymane
JAH : le nom vénéré par tout bon rasta
GUN(T) : connu en Asie pour sa persévérance et son abnégation