Suivez Nous

R. KELLY CIBLÉ PAR ONZE CHEFS D’ACCUSATION POUR ABUS SEXUELS

Danielle YESSO | | Musique

Le chanteur américain de 52 ans a vu non pas une, mais onze plaintes déposées contre lui pour abus sexuels. L’artiste qui n’en est pas à son premier cas, risque la prison à vie.

Kelly est déjà dans le collimateur de la police pour 10 plaintes pour abus sexuels. Ces onze nouveaux chefs d’accusation pour des raisons similaires tombent comme un coup de massue pour la star américaine qui a de plus en plus du mal à gérer la situation. Dans une interview diffusée le 6 mars dernier, R. Kelly fond en larmes devant la caméra en disant : « les gens remontent mon passé (…) et essaient d’y ajouter les trucs de maintenant. C’est pour inventer tous ces trucs qui vont avoir l’air réels maintenant ».

La vie du rappeur a été entièrement exposée dans un film intitulé Surviving R. Kelly où l’on voit plusieurs jeunes filles témoignant des abus sexuels, physiques et mentaux que leur infligeait le chanteur. Par la suite des révélations ont été faites par Buzzfeed, ce qui a conduit la justice de Chicago à ouvrir une enquête pour 10 chefs d’accusation dont 9 concernent des mineurs de 13 à 16 ans. Libéré pour caution le 25 février dernier, R. Kelly clame son innocence : « je n’ai pas fait ce genre de choses, ce n’est pas moi ». Il affirme n’avoir jamais retenu « contre leur volonté », des adolescentes « sans les laisser manger et sortir ».

Ces justifications vont à l’encontre des nouvelles preuves qui s’ajoutent à la longue liste d’accusation tenue contre le chanteur. Le jeudi 30 mai, le procureur de l’Illinois a déposé cinq chefs d’accusation sexuelle abusive aggravée, quatre chefs d’agression sexuelle aggravée et deux chefs d’agression sexuelle supplémentaires. Le chanteur aurait aussi payé des témoins pour témoigner en sa faveur lors de son procès pour pédopornographie en 2008. R. Kelly risque d’être accusé pour entrave à la justice et de subordination de témoins. Acculé de toutes parts, la star américaine de 52 ans risque la prison à vie.

 

Danielle YESSO