Suivez Nous

OUMOU SANGARE évoque ses ambitions politiques et son projet de collaboration artistique

IDRISSA KEITA | | Musique

Alors qu’elle vient de célébrer précédemment les 30 ans de sa riche carrière, la Diva du Wasulu s’est entretenue avec nous sur son actualité. Celle qui a mis en valeur le « noir à lèvres » évoque ses ambitions politiques ainsi que son projet de collaboration avec l’artiste du peuple Oudy 1er de la Guinée.

Grammy Awards en 2011, l’artiste de renommée mondiale a atteint 3 décennies de vie musicale. Raison pour laquelle elle a préparé des concerts géants au Mali avant de rejoindre les pays du continent.

Remerciant le Mali qui l’a donné l’éducation exemplaire qui l’a permise de réussir, Oumou Sangaré a salué ses fans. « Dans les moments difficiles, ils ont toujours cru en moi malgré plusieurs campagnes de diffamation pour stopper net ma carrière » déclare la Diva du Wasulu.

Fière de ses origines guinéennes du fait d’y avoir de la famille étant donné (une partie du Wasulu s’y trouve ainsi qu’à Odienné en Côte d’Ivoire), Oumou Sangaré nous fera une confidence : elle est prête à collaborer avec Oudy 1er.

En effet, alors que le DJ MANNEQUIN célébrait les 10 ans de sa carrière à Conakry en Novembre dernier, l’auteur des mythique tubes Tchumakaya, Tu n’aimes pas – tu ne laisses pas ou Never Give up avait indiqué être partant pour un duo avec l’icône de la musique malienne. Il a même qualifié Oumou Sangaré comme « une artiste de valeur » et entend joindre cette voix si spéciale à sa musique, pour un choc de cultures musicales.

Interrogée sur la question, Oumou Sangaré a indiqué qu’elle reste très ouverte en ces termes : « J’ai collaboré avec pas mal d’artistes dont Alicia Keys (actuellement à Dakar) ou Mokobe du groupe 113. S’il faut aller avec un jeune du continent, pourquoi pas ? Ça ne me dérangerait pas d’aller en featuring avec l’Artiste du peuple ».

On attend de voir donc ce qui va se passer durant l’année 2019 entre ces deux musiciens de haute gamme qui mettent en valeur la musique africaine. Ils n’ont pas pu se rencontrer au FEMUA 2019 à Abidjan où la DIVA était à l’affiche. Mais le son est déjà au niveau d’Oumou Sangaré qui doit poser sa voix et apporter sa touche.

 

DÉFIS DE LA PROMOTION DU GENRE

Fortement engagée pour l’essor des femmes, Oumou Sangaré a salué les récentes lois portant sur la Promotion du genre au Mali et Tunisie. A ses yeux, « l’Afrique doit donner assez de pouvoir aux femmes. Un homme est intelligent du fait de sa mère donc certains leaders de la gent masculine ne m’impressionnent pas du tout. Il faut tester les femmes surtout qu’à un poste de responsabilité, les ladies sont plus prévisibles et conscientes des risques en plus des exigences du métier : elles sont regardantes sur leur réputation et la vie en société ».

Si l’icône Salif Kéita est actif en politique ou le Grammy Award du Sénégal Youssou N’Dour qui occupe des fonctions ministérielles depuis peu, Oumou Sangaré se méfie de la politique. Sur la question, elle est très claire : « je suis engagée à titre citoyen auprès des populations chaque jour, mais pas d’ambitions ministérielles ou législatives voire électives du genre ».

La promotrice de la mythique voiture OUMOU SANG a fait des révélations sur ce sujet : « Au niveau de mes terres du Wasulu, on a voulu que je sois députée et même à Kalanban Coura où est basé mon hôtel à Bamako. J’ai été approchée à deux reprises pour occuper un siège parlementaire mais ce sera peut-être plus tard car la politique n’est pas dans mes calculs pour l’instant ! » avant d’ajouter « je suis un patrimoine national et ambassadrice de la culture africaine ».

Oumou Sangaré a eu un début d’année riche : à part Abidjan pour le FEMUA, elle fut à Ouagadougou au FESPACO ainsi qu’en Ethiopie à l’Union Africaine en compagnie du Chef de l’Etat malien : son pays a eu le prix du triomphe de la culture de l’UA entre autres. C’est d’ailleurs à la mythique Tour de l’Afrique de Bamako que fut célébré l’anniversaire de ses 30 ans carrière.

 

PROMOTRICE DES DANSES TRADITIONNELLES

Du 15 au 16 Mars 2019, Oumou Sangaré organisait le FIWA (Festival International du Wasulu). Tribune à travers laquelle, l’artiste internationale a mis en avant les valeurs culturelles de son terroir. Mieux, elle a construit un complexe hôtelier dénommé « LE CAMPEMENT D’OUMOU SANGARE » dont l’architecture est atypique. Aussi, la Diva y est tous les week-ends afin d’administrer et orienter la gestion des lieux qui seront prometteurs dans l’ossature touristique du Mali.

Notons que l’espace fut construit sur fonds propres à environ 200 millions CFA. Même à part son festival, elle reste auprès des acteurs allant dans ce sens à l’image de Sékou Keita. Il s’agit du célèbre Directeur artistique Chorégraphe avisé de la structure DIATA PRODUCTIONS qui était très visible aux 18 ème jeux de la Francophonie durant l’année 2017.  L’Institut Français d’Abidjan et même le palais de la Culture avaient fini par l’approcher après avoir cédé à sa création « LE BOUBOU ».

D’emblée, l’unique femme détentrice du GRAMMY AWARD au Mali lance que : « Le don de Sékou et son originalité m’ont conquise ». Pour rappel, le Mali a eu une nouvelle émission des vacances depuis Juillet 2018 à savoir FASO DON. Ce programme culturel est diffusé sur Africable TV de jusqu’au mois d’Octobre en début de la rentrée scolaire. Oumou Sangaré était parmi les invités spéciaux de la grande finale de la 1ère édition.

Concernant sa participation à FASO DON du célèbre chorégraphe, elle avoue : « J’aime mon pays et c’est ce qui m’a motivée. Tout ce qui peut mettre en valeur le Mali, je suis partante » lance l’icône mondiale de la musique Africaine. « L’anniversaireuse » aux 30 bougies musicales met en avant le talent de son compatriote qui n’est plus à démontrer en ces termes : « Sékou Keita a un don, c’est pourquoi il m’épate surtout qu’il a voulu s’investir dans son pays ».Oumou Sangaré salue l’implication du chorégraphe en chef auprès du Mali qui était sous les projecteurs durant le dernier Sommet Afrique-France à Bamako en janvier 2017 et même lors de la Biennale Artistique (Décembre 2017).

Elle situe en ces termes : « il enseigne la danse africaine dans plusieurs classes du côté de la Suisse et pouvait y rester sans faire quelque chose au Mali. Finalement, il a voulu mettre en avant ce Don qui est la danse à travers laquelle il a tout gagné. C’est pourquoi Sékou a voulu venir en aide à son pays et j’en suis fière » avoue la Grammy Award 2011 de la meilleure collaboration.

L’auteure du tube YEREH FAGA partage avec FASO DON, la promotion des valeurs. A ses yeux, c’est une tribune où le staff vient en aide aux enfants intéressés par la danse. D’ailleurs, l’artiste engagée pour la promotion des femmes dans la société y voit un défi en indiquant que « des danses comme le N’dombolo, le M’balax ont noyé celles du terroir malien. Face à cet envahissement des musiques d’ailleurs ainsi qu’urbaines, je ne pouvais que valider le projet FASO DON et j’ai dit OUI sans réfléchir » a lancé celle qui aura réussi sa 1ère édition du festival International du Wasulu (FIWA).

 

CRISES COMMUNAUTAIRES AU MALI

En Avril dernier, Oumou Sangaré a été la lauréate 2019 du PRIX AGA KHAN. La Diva du Wasulu a remporté le prix en question depuis Lisbonne en Avril passé. Elle l’a reçu des mains du Président portugais Marcelo Rebelo de Sousa. L’initiative est de la fondation Aga Khan qui a désigné la célèbre artiste malienne parmi les 14 lauréats présélectionnés. Alors qu’elle vient à peine de boucler le FIWA qui fut une réussite, Oumou Sangaré venait d’honorer son pays.

Au final, ce sont 9 lauréats qui ont été récompensés pour leur performance dans différents domaines, dont la création musicale. Pour un total de 14 finalistes issus de 13 pays d’Asie, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Europe et d’Amérique du Nord, Oumou Sangaré aura ébloui de sa prestance. Malgré cette distinction hors des frontières nationales, elle pense à la crise sécuritaire qui secoue son pays.

D’ailleurs, elle a dédié sa distinction à tous les maliens, notamment les Peulhs et les Dogons pour une meilleure cohésion « telle que léguée par nos aïeux » selon ses dires. Et d’ajouter que « Toutes les ethnies du Mali sont de même père et de même mère. Alors, restons soudés car nous avons le même sang ». Un message de paix de l’artiste trentenaire musicalement qui était en tournée du côté de Londres, Paris, Rotterdam et en Italie durant le mois d’Avril 2019.

Aussi, sa maison de disque NO FORMAT célébrait ses 15 ans d’existence. Rendez-vous que ne pouvait manquer l’une des prestigieuses artistes de la boîte !

 

 PRIORITÉS DE 2019

Désormais, Oumou Sangaré est dans l’agro-business. En périphérie de la capitale malienne sur la route de Ségou du côté de BAGUINEDA, elle y exerce des activités d’agriculture et d’élevage.

Vivement 30 autres années à celle qui aura apporté assez au peuple malien d’une part mais au continent africain qui n’ignore nullement son talent. Cela en zone francophone, anglophone et même lusophone.

L’aventure de la « Wasulu Ké » n’est pas encore finie !

 

IDRISSA KEITA