Suivez Nous

MC Solaar: « Géopoétique » ou comment soigner les hommes et guérir le rap

Cyril Verb | | Musique

Source photo : melty.fr

Le pionnier du rap français est de retour. Dans sa besace, un opus de 19 chansons. Le titre de l’album, une symphonie entre l’intime de l’artiste et sa lecture du monde.

Plus jeune, Claude Honoré M’barali a voulu être journaliste. Un amour resté fidèle. Il observe donc l’actualité mondiale avec un regard limpide. Par ailleurs, il précise ne pas vouloir se claquemurer dans des stéréotypes, du type « le rap doit être guerrier ». Pour Mc Solaar, « bousculer l’orthodoxie lexicale constitue en soi un acte de subversion jubilatoire ».

Son verbe est soigné. Il doit peindre des tableaux, miroir d’une société française et d’un village planétaires en mouvement à l’image de son existence.

Sa vie est un tout. De parents tchadiens, il est né au Sénégal et a vécu la grande partie de sa vie en France.  Il est imprégné de plusieurs cultures. Elles font de lui une personne humble.  Loin de l’ego, érigé en principe dans le rap, Claude fait parler les gens ordinaires. Avec lui un village meurtri par la guerre s’exprime. C’est une géopolitique des sentiments, des relations, des attitudes, du quotidien…de la vie que livre le père du rap français.

Cette  poétique autopsie de la géopolitique, il la nomme la « Géopoétique ».

Inspiré de ses lectures et aidé par son amour pour l’information, il y décortique l’actualité par les faits sociaux : harcèlements sexuels, relations interhumaines,  conflits, etc.

« Tôt ma réflexion s’est nourrie de lectures. Plus généralement, je lis des biographies de personnes dont la démarche m’interpelle, mais aussi des analyses financières, des études politiques, des livres sur l’histoire des conflits… », explique Mc Solaar.

La combinaison poésie et géopolitique peut donner lieu à des appréhensions quant à la compréhension des textes. Non, l’œuvre est accessible à tous. Le chanteur surfe entre esthétique  et simplicité des mots pour toucher une cible plurielle. Normal, Mc Solaar n’a « jamais souhaité s’adresser seulement aux convaincus ».

À ce public diversifié, l’artiste distille une énergie positive chanson après chanson.   Les 19 titres de Géopoétique sont imprimés d’optimisme pour armer les mélomanes à combattre le pesant vécu.

L’accueil est remarquable. Sorti  le 3 novembre dernier, Géopoétique est déjà disque d’or. L’artiste est annoncé aux Francofolies 2018 pour un concert le 15 juillet à la grande scène Jean-Louis Foulquier. Les fans attendent impatiemment les autres dates de l’artiste. Il prévoie une tournée « d’intronisation ». Ce titre logé sur  ce huitième album sera certainement chanté à coté de « Eksassaute », « Sonotone » ou encore la chanson éponyme de l’album « géopoétique ». Le public aura droit aux anciens tubes extraits de ses précédents projets dont  « Qui sème le vent récolte le tempo », « Prose combat » ou encore « Chapitre 7 ».

Côté mélodies, tous les mélomanes sont servis. On y trouve imbriqués harmonieusement rap, électro, musique classique, slow avec une forte dominance du jazz, principale source d’inspiration du poète.  Il donne même dans l’expérimental.

Mc Solaar a toujours montré la voie. Conscient d’avoir impulsé le mouvement hip-hop en France, il sait la mission qui est sienne; le réorienter sinon y apporter un souffle nouveau. Pendant, les dix ans de silence, il a pris le temps d’écouter, d’analyser la nouvelle vague. Les choses ont évolué à travers de nouveau courants dont la trap. Intéressant. Tout le monde s’y met. Mais, Mc Solaar invite à ne pas tomber dans « l’attrape nigaud » qui embrigade la créativité et l’originalité.

Dans une ambiance pareille, Solaar le  père du rap made in France sait qu’il a un rôle important à jouer pour  l’avenir du mouvement Hip-Hop.  Ainsi, sa mission future est claire. Mc Solaar le sait et rassure : « Dans les années à venir, mon rôle sera d’être un médicament musicale ».

 

Cyril Verb