Suivez Nous

Maître Gims, change de nom de scène et opte pour « Gims »

Arsene DOUBLE | | Musique

Gandhi Djuna, anciennement appelé « Maître Gims », a créé la surprise en annonçant sa volonté de se séparer d’une partie de son nom de scène. Depuis le 31 janvier 2019, le très talentueux artiste congolais ne se produit plus sous le nom de « Maître Gims ». « Gims » est son nouveau nom de scène.

Depuis peu, son nom de scène « Maître Gims » n’est plus d’actualité. « Gims » est son tout nouveau nom de scène. « J’veux plus qu’on m’appelle ‘Maître Gims’. GIMS suffit largement… merci. », a indiqué, sans aucun détail, le célébrissime artiste congolais, de son vrai nom Gandhi Djuna, sur son compte Instagram le 31 janvier dernier. Le multi-récompensé chanteur de 33 ans, avait ainsi créé la surprise et fait le buzz. Il n’avait pas toute suite donné d’explications supplémentaires sur la subite modification de son nom de scène.

C’est quelques jours après qu’il livre les détails de ce soudain changement. Le 4 février 2019, invité dans l’émission C à Vous sur France 5, il a expliqué : « Ça faisait un petit moment que ça me trottait, que je voulais retirer [le « Maître »]. Ça commençait à me saouler (…) Il y a des gens, dans des pays, qui le prennent au sérieux. T’es au restaurant, ils te ramènent un truc, ils t’appellent maître… Ça commençait à me déranger. Je n’étais pas bien avec ça. C’était trop premier degré. On se rapprochait d’un truc divin bizarre. C’est pour ça que je ne veux plus qu’on m’appelle [Maître Gims]. Gims, c’est très bien. »

Il a fait savoir plus tôt, à la journaliste Anne-Elisabeth Lemoine, que le surnom « Maître Gims » était en référence au manga ainsi qu’aux arts-martiaux. « A la base, je me suis appelé comme ça par rapport au manga, aux arts martiaux. J’aimais bien. C’était un délire de gamin, un petit peu », a confié le co-auteur du manga Delvils Relics. Depuis, le chanteur et rappeur congolais a tenu parole, puisqu’il se produit sous le nom de Gims.

 Ses succès commerciaux

Au grand bonheur de ses fans, Gims avait, sur sa même page Instagram, annoncé la sortie prochaine de son nouvel album, intitulé « Ceinture noire partie 2 : Transcendance ». La première partie, simplement nommée « Ceinture noire », sortie en mars 2018, avait connu un succès sans appel. Porté par des tubes comme « La même », l’album s’est hissé en tête des ventes, décrochant un disque de diamant.

« Ceinture noire » l’a placé, à l’époque, dans le trio de tête des ventes de disques l’année dernière. L’album s’est écoulé à plus de 600 000 exemplaires en 2018.

Auteur, compositeur, producteur et interprète, l’ancien membre du groupe Sexion d’Assaut a également connu un succès commercial en 2013 avec son premier album solo « Subliminal. » Plus de 1000 000 exemplaires de l’album ont été vendus. En 2017, Gims a vendu plus de 5 millions d’albums depuis le début de sa carrière.

Gims, capable de faire danser l’Europe entière

Artiste multi-récompensé à la tête de plus de cinq millions d’albums vendus à ce jour, Gims est en pleine tournée en France et à l’étranger : « Fuego Tour 2018-2019 » Il est annoncé au Stade de France le 28 septembre prochain. En attendant, un an après sa sortie dans les bacs, le rappeur va interpréter les morceaux de « Ceinture noire » et des titres plus anciens qui l’ont révélé pour le plus grand bonheur de ses fans.

L’interprète de « Sapés comme jamais », a su créer une musique capable de faire danser l’Europe entière sur des rythmiques de rumba congolaise, de variété française ou encore des titres aux tonalités pop-urbaines. Caché derrière ses célèbres lunettes noires, il reste un des artistes performants en Europe.

Juste avant son premier album, le magazine hebdomadaire « Les Inrocks » comparait Gims au footballeur Lionel Messi pour sa polyvalence :  « Gims possède un vaste arsenal. Il chante, rappe, compose et produit. ». La musique de Gims est influencée par le hip-hop et la dance, avec des touches pop et latino.

Gims a révélé, en mars 2018, avoir demandé la nationalité française, mais qu’elle lui a été refusée. Selon la presse, cela serait à cause de sa bigamie qui n’est pas autorisée par le droit français. Gandhi Djuna est marié avec deux femmes : une Française qui vit au Maroc, et avec laquelle il a eu deux enfants, dont il est séparé mais n’aurait jamais divorcé ; puis une Franco-Malienne, Demdem, épousée en 2005 avec laquelle il a 2 enfants. Il passe son temps entre la France et le Maroc.

 

Arsène DOUBLE