Suivez Nous

La musique congolaise en deuil Silence radio pour MADILU SYSTEM

Zacharie Acafou | | Musique

-

L’une des grandes figures de la musique congolaise Madilu System, de son vrai nom Madilu Bialu Jean de Dieu, est décédé le Samedi 11 août dernier à l’âge de 57 ans à l’Hôpital Universitaire de Kinshasa. Le « Grand Ninja » a finalement cédé le micro… devant la maladie.

Né le 28 Mai 1952 à Léopoldville, Madilu commence sa carrière de chanteur dans l’orchestre Bamboula en compagnie du célèbre musicien Antoine Emmanuelle-Nedule, plus connu sous le nom de Papa Noel. Une coopération qui donne littéralement un coup de fouet à une carrière musicale déjà riche. Madilu monte quelque temps après son propre groupe qu’il nomme Pamba-Pamba. Bien équipé et plus que jamais inspiré, il va rejoindre les plus grands maîtres de la rumba congolaise, notamment Rochéreau, Tabu-ley dans Afrisa International ou encore le Tout Puissant Ok Jazz de Luambo Makiadi alias Franco. Adopté par ce dernier, Madilu interprète des titres comme « Makambo ezali minene », « cœur artificiel » ou même « Mario », morceau phare qui le propulse véritablement sur la scène internationale. Madilu a élu domicile en France où il résidait désormais. Il était, depuis le mois d’Avril, à Kinshasa dans le cadre de la promotion de son dernier album « Bonne Humeur », qui compte huit titres. Un album qui comme son titre l’indique, se voulait le reflet d’un artiste toujours rempli de gratitude et de joie. Madilu est l’auteur de plusieurs albums : « Sans Commentaire » (1994), « L’Eau » (1998), « Pouvoir » (2002), « Bonheur » (2004) « Le Tenant Du Titre » (2005) et son dernier «Bonne Humeur», sortie en juillet dernier.

Considéré comme le plus digne héritier de Franco et de Pépé Kalé, la nouvelle du décès de Madilu a plongé tout le Congo et, bien au-delà, toute l’Afrique, dans une profonde tristesse. Inconsolable, Rochereau Tabouley s’est dit consterné par cette disparition si soudaine :  « les mots me manquent, émotionné et choqué, de la disparition combien brusque de mon jeune chanteur Madilu. Les mots me manquent parce que je savais qu’il était ici, qu’il devait donner quelques concerts. Et avoir entendu qu’il a tiré sa révérence… Vraiment, je ne sais pas où donner de la tête».
Madilu System a atteint le sommet, il a depuis su conquérir l’Afrique par sa voie, par sa bonne humeur qui habitait sans cesse ses chansons.

Le « Grand Ninja » a certes quitté ce monde, mais sa voie, ses chansons devenues aujourd’hui des hymnes intemporelles, resteront éternelles.