Suivez Nous

La chorale Tanga Ni Tanga, (1959-2009) l’icône de l’histoire de la musique religieuse de Brazzaville, fête ses 50 ans

Russel Morley | | Musique

-
Difficile, cependant de restituer l’ambiance de la fête sans en omettre d’importants aspects : le temps, la joie, le cérémonial et… l’émotion.Sublime ! Cette prestation de la chorale Tanga Ni Tanga en l’église Saint Pierre Claver de Bacongo dans le deuxième Arrondissement de Brazzaville.

Le dimanche 27 décembre 2009 avait ceci de particulier que de nombreux fidèles venus de toute part ont tenu à fêter avec La chorale. Le public était en intercommunication avec  la chorale .Devant bon nombre d’officiels congolais parmi lesquels le président de la cour constitutionnelle du Congo, des vicaires : général et judiciaire de l’archidiocèse de Brazzaville, le curé de l’église Saint Pierre Claver, de nombreux Abbés, distingués invités et l’ensemble des fidèles, la chorale Tanga Ni Tanga a merveilleusement conquis les spectateurs. Placée sous le thème « Chantez au seigneur un chant nouveau » Ont indiqué les Abbés Denis Ngambanou et Albert Nkoumbou. Fort de ses 353 membres, la chorale Tanga Ni Tanga qui célèbre son cinquantième anniversaire a des origines lointaines.

En effet, celles-ci remontent à 1950, époque au cours de laquelle de jeunes  anciens paroissiens de Notre Dame du Rosaire, habitants le quartier « Bountsana bwa nkokéla » dénommé par la suite quartier Saint Pierre se réunissaient pour animer la messe du dimanche, avec l’arrivée du père Maurice Rameaux de Congrégation du Saint Esprit. Font partie de ce groupe Yves Malamou ; François Kifoueti ; Dominique Bokassa ; Georges Bitsindou ; Jean Ndoudi ; Michel Locko ; Alphonse Nkouka.Honoré Samba et Barthélemey Malonga qui les rejoint en 1951 et les accompagne à l’harmonium.En 1952, le groupe connaître une interruption momentanée due au départ des dirigeants, pour la plupart des enseignants réaffectés.Plusieurs responsables du groupe vont se succéder entre 1954 et 1958.Nous citons Jean Paul Samba, Gaston Nsembani,  Ferdinand Malanda, Jean de Dieu Missamaou. En 1959, Bruno Bacongo(l’initiateur des conseils paroissiaux en 1958) prend les rênes et crée la chorale qui chante à 4 voix mixtes .Elle effectue sa première sortie dans la nuit de noël 1959. Bruno Bacongo aidé par le révérend père Armand Flamand rédynamise le groupe et recrute des filles. Dès 1964, le groupe de saint Pierre Claver est ainsi la 1ere chorale catholique  mixte de Brazzaville. Sébastien Batangouna donne le nom de Tanga Ni Tanga[1] au groupe .Sébastien, maître de chant seconde Bruno Bacongo compositeur, il enseigne à la chorale « je veux chanter, je veux jouer pour toi, seigneur.»

La mutation la plus spectaculaire est opérée par Bruno Bacongo qui introduit des instruments modernes comme le saxophone, la trompette, les guitares basse, solo et piano. Pendant un peu plus de 20 ans, 1959 à 1982 année de sa mort tragique, Bruno n’avait de cesse d’apporter des changements pour moderniser la chorale. L’apport musical de la chorale nous vient du grégorien en passant par le jazz et des airs inspirés du terroir. Ainsi, des centaines de cantiques et autres chants ( en latin, français, espagnol, anglais, russe, Wolf et des langues vernaculaires du Congo) sont exécutés. Cette chorale réussit à se faire une place monumentale tant à la paroisse, dans la pays qu’à ailleurs. Notons par ailleurs que cette chorale a suscité des vocations religieuses de nombreux jeunes. La chorale Tanga Ni Tanga est l’une des chorales les plus sollicitées. Elle a pris part à de nombreuses manifestations tant liturgiques qu’extra liturgiques parmi lesquelles, Le Deuil du Président Marien Ngouabi en 1977 .Le festival de la musique religieuse au palais du peuple de Kinshasa en 1982 (elle en est sortie lauréate) ; Le concert des chants à Brazzaville avec le groupe « Les petits chanteurs à la croix de bois » de Belgique en 1982 ;Le symposium des hommes des sciences et culture, le Fespam[3] ;la rencontre des maires francophones ;les festivités organisées à l’occasion du retour du train de la paix à Brazzabille ; La veillée de Madame ONDIMBA née Lucie SASSOU ;La veillée de Bernard Kolélas en novembre dernier.Madame Angélique Diatsuika est la présidente de cette chorale.