Suivez Nous

« J’rap encore », le grand retour du rappeur Kery James

Jean Paul Tra Bi | | Musique

©Le rappeur Kery James

Après une pièce de théâtre à succès « À vif » et un film à venir « Banlieusards », Kery James sort son septième album solo « J’rap encore ». Du point de vue d’engagement de Kéry James, c’est l’histoire d’un éternel retour.

Il a enflammé la scène du Zénith de Paris samedi soir. Après plus de 25 ans de carrière musicale, Kery James occupe toujours le sommet du rap game ! Et du haut de ses 40 ans, le vétéran du « rap conscient » continue de dénoncer les dérives de son art, comme la violence des quartiers. Il adapte pour Netflix sa pièce de théâtre À vif et sort un nouvel album, J’rap encore.

Il s’est toujours   imposé par sa musique, son talent, son public. Sinon il n’aurait pas « existé » comme il le disait lors de la sortie de Musique nègre, album de celui qui se surnomma jadis « le dernier MC » : aucune concession dans les lyrics, et la même sourde rage que celle qui fit de Kery un des plus virulents rappeurs de France. Du point de vue de l’engagement, de la volonté de dire des choses, de dénoncer, l’artiste arrive à toucher la sensibilité de son public.

Dans la chanson qui donne son titre à l’album, Kery peint le tableau d’une époque tourmentée en dessinant ses avanies : un racisme toujours aussi présent (« J’suis facile à trouver comme un Blanc en Afrique/ Ou comme du sang d’immigrés sous les semelles d’un flic »), un état impuissant (« T’es pas plus crédible que la France qui menace la Russie ») et la haine d’un système à deux vitesse Si j’crie encore ma douleur ébène, c’est que’j’ai sûrement du sang d’esclave dans les veine.

20 ans plus tard, l’engagement était une quasi-obligation pour ce rappeur, contrairement à ce que certains pourraient penser, Kery ne fuit pas le hit single. En 2013 Il répond à une question sur le succès foudroyant de Sexion D’Assaut.

 « J’rap Encore », un album qui invite le monde à faire preuve d’une connotation divergente où chacun à sa manière de voir et d’interpréter .

Kery n’est pas le seul à apprécier le petit monde où la jalousie et l’égo rongent les artistes, ils ne sont guère nombreux à critiquer ouvertement Kery James.

Cet artiste a toujours été engagé vis à vis de ses actes de prise de position tout en paraphrasant la fameuse formule de Lino dans Boxe avec les mots d’Arsenik (« Qui prétend faire du rap sans prendre position ? »).

 

Jean Paul TRA BI