Suivez Nous

Grosse bagarre entre Davido et Burna Boy dans une boîte de nuit à Accra

Arsene DOUBLE | | Musique

Les stars nigérianes Davido et Burna Boy se sont battus dans une boîte de nuit à Accra (Ghana). L’incident s’est produit le week-end dernier.

 

Les artistes nigérians Davido et Burna Boy en sont venus aux mains dans une boîte de nuit à Accra. La bagarre opposant ces deux grandes figures de la musique nigériane a eu lieu dans la soirée du dimanche 27 décembre 2020. Entre Davido et Burna Boy, il existe, selon les médias nigérians, une forte rivalité. Le récent incident montre clairement que l’inimitié entre ces deux artistes reste à l’ordre du jour.

Parti au Ghana pour une série de spectacles, Davido a rencontré Burna Boy dans une boite de nuit, dimanche soir à Accra. A en croire certains médias nigérians, une violente bagarre a éclaté entre les chanteurs. Un blogueur ghanéen répondant au nom de Ghhyper1, présent dans la discothèque, a indiqué que le comportement de Burna Boy dans la nuit montrait clairement qu’il cherchait la bagarre.

« Immédiatement, j’ai vu Burna et ses garçons. J’ai dit à un ami que Burna cherchait des ennuis et cela s’est passé comme un film », a-t-il déclaré. Une vidéo de 9 secondes a même été publiée sur la toile, dans laquelle l’on aperçoit Davido très en colère, s’en prendre violemment à une autre personne que nous n’avons pas pu identifier.

Si les médias nigérians témoignent régulièrement de la rivalité entre Davido et Burna Boy, l’auteur du tube “Skelewu“ reconnaît avant tout Burna Boy comme son frère. Interrogé récemment sur sa relation avec Burna Boy, l’ami de feu Dj Arafat a décrit Burna Boy comme son frère, ajoutant qu’il était une des personnes les plus heureuses au monde pour son succès.

Cependant, la relation entre les deux célébrités nigérianes commencera à s’effriter, après que Burna Boy, lauréat du prix du meilleur artiste international aux BET Awards 2019, a présenté Wizkid et lui-même, sur les réseaux sociaux, comme les deux plus grands artistes du Nigeria.

Arsène DOUBLE

Mots-clefs : ,