Suivez Nous

Gadji Céli Éclaire les Coins Sombres : Révélations Choc sur le Burida et un Retour en Fanfare »

Issa Kone | | Musique

Après une décennie d’exil, le prodigieux Gadji Céli, véritable icône de la scène artistique ivoirienne, signe son grand retour. Lors d’une conférence de presse préalable à ses concerts exceptionnels les 18 et 20 août, l’artiste légendaire n’a pas esquivé les questions sur le prétendu détournement au sein du Burida, apportant des éclaircissements cinglants qui ne laisseront personne indifférent.

Tel le phénix renaissant de ses cendres, Gadji Céli, ce monument vivant de la musique ivoirienne, retrouve enfin son sol natal après une absence prolongée de douze ans. Comme une harmonie retrouvée, il s’est prêté à une conférence de presse mémorable en amont de ses concerts tant attendus, programmés pour les 18 et 20 août au palais de la culture et au palais des congrès. Pourtant, l’ombre du prétendu détournement au sein du Burida planait, incontournable.

Avec une sincérité palpable, Gadji Céli a dévoilé une vérité surprenante. « Laissez-moi vous faire une révélation. À mon retour au Burida, les caisses affichaient un solde de 3 millions de Fcfa. Attention, je parle bien de Fcfa, pas d’euros. À mon arrivée, la situation était critique, avec la maison au bord de la cessation de paiement, les employés dans l’attente de leurs salaires. Ainsi, celui qui prétend avoir décelé 3 millions dans les caisses, qu’a-t-il réellement détourné ? Nous avons honoré les salaires des employés, mené à bien des rénovations majeures et versé les droits d’auteur. Retenez ceci : depuis l’existence du Burida, jamais les recettes n’avaient excédé la barre des 700 millions. Mon mandat a duré un an, pas davantage. Entre 2009 et 2010, non seulement ai-je contribué à hauteur d’un milliard aux recettes, mais j’ai également dirigé une équipe chevronnée de juristes qui surveillait les comptes avec rigueur. »

Avec une passion indomptable, il a ajouté : « Si des détournements avaient eu lieu, mes comptes auraient été gelés. Cependant, le Burida continue de me verser mes droits d’auteur. Tout ce tapage à mon sujet n’est que superficialité. Ce n’est guère captivant… Ne vous encombrez pas de cela. Aucun différend ne me sépare du Burida. »

Après une absence qui semblait éternelle, Gadji Céli, maître des mélodies, se prépare à retrouver son public ivoirien, prêt à illuminer la scène lors de ses concerts très attendus en août 2023. Sa résilience et sa détermination émergent comme un témoignage inspirant de l’artiste, écartant les rumeurs pour laisser place à une symphonie d’intégrité et de créativité.

Issa Kone