Suivez Nous

Fely Tchaco refait peau neuve avec son nouvel album “Yita”

Innocent KONAN | | Musique

Originaire de l’ouest de la Côte d’Ivoire, Fely Tchaco, auteur-compositeur et mannequin chanteuse ivoirienne résidant aux Etats-Unis signale encore sa présence dans le monde musical. Elle refait peau neuve avec son nouvel album “Yita” qui signifie « Eau Profonde ». Un album à travers lequel elle exprime sa philosophie de vie, sa lutte et son activisme social. Chaque chanson de l’album a des couleurs différentes avec une grande variété de rythmes, de styles et une sonorité auquel tout le monde se retrouve.

Avec ce sixième album, Fely entend rendre hommage aux migrants morts dans les eaux de la Méditerranée, au trafic d’êtres humains dans le monde et à la vente des Africains en esclavage en Lybie ainsi que les brutalités policières contre les noirs et d’autres personnes de couleurs aux Etats- Unis.

Avec “Yita”, Fely fait preuve d’une incroyable capacité à unir les anciens et les nouveaux rythmes Africains. Certaines des chansons contenues dans ce nouvel album sont un mélange de ses propres compositions et l’adaptation de chansons traditionnelles au style de musique populaire. Qu’elle chante dans sa langue maternelle Gouro, Beté, en Français ou en Anglais, le message et la musique de Fely sont universels. “Ma musique parle de problèmes sociaux et du monde que nous envisageons pour l’avenir.” Affirme-t-elle.

Déjà, dès son jeune âge, Fely Tchaco fait de la musique sa passion alors qu’elle résidait encore dans la ville portuaire de San Pedro, dans le sud-ouest de son pays natal la Côte d’Ivoire. Malgré les objections de son père, la jeune chanteuse ne faiblit pas et met la musique et la danse au cœur de sa jeunesse. Après quelques années passées dans les groupes locaux, Fely n’hésite pas à rejoindre la capitale économique ivoirienne, Abidjan, afin de commencer sa carrière professionnelle. Une ville qui est sans doute la plaque tournante de la musique urbaine Africaine voire la Mecque de l’industrie musicale Africaine.

Une musique inspirée des traditions Africaines

Travailleuse, belle, élégante et avec une voix magnifique, Fely Tchaco s’impose très vite dans son pays et fait sortir son premier single intitulé « Mon Espoir », un air de salsa colombien plébiscité par le public. Ce fut un moment magique pour la jeune chanteuse et ce succès la positionna comme un talent avec lequel il fallait compter.

Après de nombreuses années de prestations et de mannequin de mode, Fely décida de déménager aux États-Unis afin de poursuivre sa carrière musicale et de mode. Elle s’installe dans la région de la baie de San Francisco, un melting-pot culturel et le foyer d’un vaste bassin de talents musicaux.

Fondatrice d’African Art Academy (l’Académie des Arts Africains), une organisation à but non lucratif, Fely, a à son actif plusieurs albums dont De Zeregnan en 2003, Awareness (2008) et Maturité (2011),

La musique de Fely est marquée par les traditions Africaines et les influences urbaines. Elle chante la paix, l’amour, la joie et le bonheur comme dans la chanson « Cawe Yoko », une chanson de joie et de retrouvailles honorant la culture du peuple de la Marahoué, du pays Gouro d’où elle vient et de l’héritage des différentes danses et styles de musique de la région tels que Alloukou, le Zaouli, Flali et Zemblé.

Avec ce nouvel album enregistré à San Francisco avec certains meilleurs musiciens de la place, les amoureux de la musique apprécieront chaque chanson de l’artiste qui s’inspire des traditions Africaines et des influences urbaines.

 

Innocent KONAN