Suivez Nous

Qui était Manu Dibango, le roi du saxophone ?

Irene COULIBALY | | Musique

© Sonia Ponzo

Le 24 mars 2020, le monde de la musique et de la culture a perdu l’un de ses plus grands musiciens et surtout l’Afrique, une de ses plus grandes fiertés. Le célèbre saxophoniste Manu Dibango a perdu la vie des suites du coronavirus, un virus qui a arraché des milliers de personnes à l’affection de leurs proches. De sa vie privée à sa vie professionnelle, sans oublier les succès et challenges qui ont marqué sa vie, votre magazine préféré 100pour100culture revient sur la vie de cette icône de la musique africaine. Qui était Manu Dibango ?

Son brutal décès est survenu le 24 mars 2020, six jours après l’annonce de son hospitalisation. Il était contaminé par le coronavirus. Avec son décès, c’est toute l’Afrique et le monde qui perdent un excellent musicien qui a marqué et fait danser plusieurs générations avec sa bonne musique accompagnée par son fidèle instrument, le saxophone.

Manu Dibango, sa vie et sa carrière

Emmanuel N’Djoké Dibango alias Manu Dibango est né le 12 décembre 1933 à Douala au Cameroun. Il était également surnommé « Papagroove » ou encore Papa Manu. Adolescent, ses parents l’envoient en France pour y poursuivre ses études. Il s’y initie alors à la mandoline et au piano. Lors d’un camp de vacances avec le célèbre artiste camerounais Francis Bebey, il apprend les bases de la musique jazz et le saxophone, qu’il ne quitte plus jamais. Ils forment par la suite un groupe et ensemble, ils donnent quelques spectacles.

En 1956, il échoue au BAC et s’envole pour la Belgique où il se produit dans les cabarets fréquentés par la communauté congolaise et dirige son jazz vers des sons africains. L’année suivante en 1957, Manu fait la rencontre du mannequin Marie-Josée dit Coco qui devient son épouse. De ce mariage naquirent deux fils, Michel et James (artiste et musicien connu sous le nom de James BKS) et deux filles, Marva et Georgia.

Manu intègre l’orchestre africain Jazz et enregistre plusieurs disques à succès en Afrique. Ce succès l’emmène à faire de nombreuses tournées notamment au Zaïre en 1961. En 1962, l’artiste prend la gérance d’un club à Léopoldville et sort ‘’Twist à Léo’’, il part ensuite au Cameroun où il ouvre sa propre boite en 1963, mais l’entreprise ne lui réussit pas. En 1965, Manu Dibango retourne en France où il crée son Big Band deux ans plus tard (1967). Il participe aux émissions ‘’Pulsations’’ et fait la rencontre de Dick Rivers et Nino Ferrer pour qui il sera le musicien pendant quelque temps avant la sortie de son album ‘’Saxy party’’ en 1969, il renoue ainsi les liens avec son public africain.

L’un de ses plus grands succès est sans aucun doute la chanson Soul Makossa sortie en 1972, repris par la suite par Michael Jackson puis Rihanna. Cette chanson lui ouvre les portes des scènes internationales, le succès mondial se dessine bien pour l’artiste musicien. Son immense talent séduit également la Côte d’Ivoire qui lui fait appel pour diriger l’orchestre de la radiotélévision ivoirienne pendant plusieurs années. Travailleur infatigable, Manu fait encore montre de son talent et sort des albums en collaboration avec Gainsbourg et Paul Personne. Des albums qui résonnent encore dans les esprits, dont Home made (1978), Waka Juju (1982) et Afrijazzy (1986). Il publie son autobiographie dénommée ‘’Trois kilos de café’’ en 1988.

Les années 90 sont également pleines de succès pour Manu Dibango qui enchaine la sortie d’albums à succès dont Wakafrika en 1992, Négropolitaines dont le second volume lui vaut une Victoire de la musique, Lamastabastani en 1996 et Kamer feeling en 2001. En 2010, il reçoit la Légion d’honneur et en 2019, il remonte sur scène après une petite pause pour une tournée anniversaire marquant ses 60 ans de carrière.

‘’Soul Makossa’’, la chanson qui lui fait gagner la planète

C’est grâce à cette chanson Soul Makossa que Manu Dibango conquiert la planète et devient une légende de la musique africaine et mondiale. Ce tube est en effet sorti en 1972 lorsque le musicien franco-camerounais contacte le ministre des Sports du Cameroun pour enregistrer une chanson en soutien à l’équipe nationale. Il propose plusieurs titres, mais ignore que celle qui n’envisageait pas être retenue soit finalement la chanson qui fera de lui l’un des meilleurs de génération en génération. Soul Makossa s’écoule à 50 000 exemplaires en France et fait exploser la notoriété de Manu Dibango en faisant de son nom une référence de la musique.

Ce tube se propage comme de la poudre jusqu’aux États-Unis où plusieurs artistes, dont Michael Jackson, avec son ‘’Waana Be Starting Something’’ copient la mélodie. Le musicien l’accusera ensuite de plagiat et dans les années 80, le litige se terminera par un accord financier entre les deux hommes. Des années après en 2009, la chanteuse Rihanna se prête au même exercice en copiant la mélodie de Soul Makossa pour son titre ‘’Don’t Stop The Music’’.

Manu Dibango, des concerts pour célébrer ses 60 ans de carrière

Manu Dibango était un passionné qui travaillait sans relâche pour maintenir son rythme et faire plaisir à son public qui ne faisait que grossir. Il laisse derrière lui une immense carrière marquée par des concerts inédits jusqu’au 17 octobre 2019. Toujours avec son fidèle instrument de musique à la main, Manu Dibango a voyagé à travers le monde pour donner des concerts. Et récemment, à l’occasion de la célébration de ses 60 années de carrière, il était remonté sur scène pour des concerts accompagnés de son orchestre Lamoureux. Après le Grand Rex de Paris en 2019, le saxophoniste devait se rendre en Martinique le 17 avril 2020 pour la poursuite de cet évènement. Mais hélas, il n’aura pas eu le temps d’achever ces concerts anniversaires avant que la mort vienne l’arracher à l’affection de sa famille, ses proches et connaissance ainsi qu’à celle de son public dans cette tragédie sanitaire que vie le monde dû, au coronavirus. Manu Dibango est décédé mardi 24 mars des suites d’une contamination au covid-19 dans un hôpital en France, le géant de la musique était âgé de 86 ans.

Son décès brutal a fait beaucoup de bruits et les messages de tristesse des acteurs du monde de la culture et de la musique ont pris d’assaut la toile tant l’homme était apprécié. Manu Dibango laisse derrière lui une immense carrière qui n’avait pas fini de surprendre, car il avait encore beaucoup à donner.

 

Irène COULIBALY