Suivez Nous

Emoi du Jazz : 8e édition du festival international à Abidjan

Innocent KONAN | | Musique

La 8e édition du festival international « Emoi du jazz by Gad Dez » s’est tenue du 1er au 5 mai 2018 à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire avec pour thème « Parfum de femme ». C’est la ville historique de Grand-Bassam, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO qui a été choisie à nouveau cette année pour accueillir la cérémonie d’ouverture.

Des ateliers d’enfants, des conférences « workshop femmes » et la grande finale du concours Jazz-Zouglou ont été les activités essentielles de ce festival international « Emoi du Jazz ». Deux endroits ont été choisis pour le déroulement de ces activités, à savoir la discothèque MUSIC’ALL et l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.

Pour cette 8e édition, l’émoi du jazz by Dez Gad a eu en tête d’affiche 3 célébrités qui ont le sens de la mélodie qui touche et des voix qui s’affirment : Natascha Rogers, Yilian Canizares et Conny Schneider. Ces sommités ont échangé au cours des ateliers de rencontres avec les étudiants et d’autres jazzistes à l’Institut National Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle (INSAAC).

Pour la fusion et le métissage des cultures, le zouglou a également été de la partie. C’est le groupe Espoir 2000 qui a été choisi pour parrainer le concours des jeunes artistes Emoi du Jazz 2018. L’objectif du concours était de réinterpréter un tube Zouglou dans une version Jazz. Ce concours d’improvisation Jazz-Zouglou est une lucarne ouverte aux jeunes talents, il leur permet de remporter de nombreux lots, dont un chèque de 1 million de francs CFA. Le concours a été remporté par le groupe « Balako » dans la nuit du jeudi 03 mai à l’université Félix Houphouët-Boigny.

Initié depuis 2009 par son fondateur feu Désiré Coffi Gadeau alias Dez Gad, virtuose ivoirien de la guitare de renommée mondiale, l’évènement annuel s’est pérennisé au fil du temps pour devenir aujourd’hui une plateforme incontournable de la scène culturelle ivoirienne. Et ce, sous la férule désormais de Marie-Stella Gadeau, fille du Jazzman disparu. Celle-ci pilote avec brio le festival de jazz à Abidjan. De Houston à Londres en passant par Paris, elle conforte son carnet d’adresses pour pérenniser l’œuvre de son père.

Le festival fait non seulement la promotion de la destination Côte d’Ivoire et au-delà des frontières, mais s’engage aussi à valoriser les artistes d’origine africaine peu connus localement et dont la notoriété ne se discute plus à l’étranger. Pour la 3e année, l’entreprise de télécommunication Orange a assuré le sponsoring.

 

Innocent KONAN