Suivez Nous

Une émission spéciale en Hommage à DJ Arafat quelques heures après son décès

Irene COULIBALY | | Musique

Après l’annonce de son décès, c’est toute la Côte d’Ivoire et le monde de la culture ivoirienne et africaine qui est dans un profond deuil. L’un des ténors de la musique coupé décalé s’en est allé des suites d’un accident de la circulation à moto à l’âge de 33 ans. La rumeur a malheureusement été confirmée par les médias ivoiriens. Houon Ange Didier alias dj Arafat, icône du coupé décalé a été honoré par la radiodiffusion télévision ivoirienne (rti1) première chaîne de télévision ivoirienne.

« Le lundi 12 août 2019 restera une journée noir dans les archives de la musique ivoirienne », a introduit l’animateur Didier Bléou. Il était 18heures 20, tous les yeux étaient braqués devant les écrans.

Sur le plateau, on pouvait voir l’animateur, les amis du défunt, des danseurs, des artistes et proches de l’artiste qui tour à tour prennent la parole pour expliquer les circonstances du décès et leur douleur. L’émotion est grande, des larmes perlent sur les visages.

« Arafat a été pris en charge dès son arrivée à la polyclinique des 2 plateaux. Le pronostique vital était déjà engagé au vue de l’état très critique de l’artiste et les médecins ont fait tout ce qui était humainement possible pour le sauver. Mais à 8 h précise il a piqué une crise cardiaque et son décès a été annoncé par les médecins à 8h 12. » a expliqué Le Molare sur le plateau. L’animateur John Djé a quant à lui exprimé sa douleur tout en demandant à tous les ivoiriens d’avoir une pensée pieuse pour toute la famille, les enfants, les fans, et la musique ivoirienne.

Serge Beynaud, Debordo Leekunfa, DJ Mix, Le Molare, Robert Braza, Arnaud Jaguar (manager de l’artiste), le gros Bédel (ami), tous étaient présents pour lui rendre cet hommage en direct de la RTI 1, pour dire ce qu’ils retiennent de l’artiste.

Les ivoiriens retiennent de lui que c’était un travailleur, un bosseur qui aimait la musique et l’ambiance. Il a propulsé le coupé décalé en dehors des frontières de la Côte d’Ivoire et laissé derrière lui 4 enfants et une famille inconsolable.

Le guerrier comme il aimait le dire lui-même était un fils, un père, un ami, un artiste confirmé, une véritable icône.

 

Irène COULIBALY