Suivez Nous

Égypte : Une chanteuse condamnée à 6 mois de prison pour avoir dénigré le Nil

Cyril Verb | | Musique

Source photo: Morocco World News

Il y a des sujets avec lesquels on ne plaisante pas, même quand on est populaire. La chanteuse Sherine Abdel Wahab l’a appris à ses dépens. Pour avoir taquiné sur la qualité de l’eau du Nil, un tribunal cairote a prononcé mardi 27 février une peine de six mois de prison contre l’artiste. Elle est reconnue coupable de diffusion de  « fausse information » et « trouble à l’ordre public ».

Lors d’un concert aux Émirats arabes unis il y a quelques mois, la chanteuse de pop a répondu ironiquement à un  fan qui lui a demandé de traduire son titre à succès Avez-vous bu l’eau du Nil ? : « Tu attraperais la bilharziose ». 
Loin des affluents du Nil, cette plaisanterie à couler rapidement vers l’Égypte inondant la toile locale. Des indignations ont vite  émergées de la société égyptienne.  Sherine s’est excusée publiquement auprès de ses compatriotes. Sans convaincre, vraisemblablement. Elle a été condamnée par contumace à six mois de prison. Aux dires des autorités judiciaires, elle a la possibilité d’interjeter appel, à condition de s’acquitter du payement d’une caution de 5 000 livres égyptiennes, près de 230 euros. Le syndicat des artistes en Égypte interdit par ailleurs la chanteuse de prestation au pays.

Selon le président Égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, le Nil est « une question de vie ou de mort ». Devant la construction en cours du « barrage de la renaissance » sur l’un des affluents du Nil en Éthiopie, il y a débat. Malgré les assurances données par Addis-Abeba sur la régularité du débit du fleuve à termes, en Égypte, la crainte  demeure et l’opposition au projet est claire. Le sujet est sensible. Au-delà, la valeur socioculturelle de ce fleuve, le plus long du monde avec ses 6 718 km, motivent cette colère  envers la chanteuse.

Le Nil a une valeur spirituelle. Il existe même un Dieu en son honneur, Hâpi. Ce Dieu de la fécondité et de l’abondance était vénéré par un culte spécial dans l’Antiquité pour la crue régulière qui apportait tous les ans le limon, fertilisant pour l’agriculture, irriguant les terres cultivables.  Le Nil a ainsi constitué un pilier de la civilisation égyptienne. Hâpi semble être une femme. Elle est représentée avec de longues mamelles et un ventre proéminent symbole de fécondité.

Cyril Verb

 

 

Mots-clefs : ,