Suivez Nous

Côte d’Ivoire : l’artiste ivoirien, Fadal dey fait des révélations sur le bras de fer qui oppose le ministère de la culture et de la francophonie aux artistes.

Djibo B. AMADOU | | Musique

©Fadal Dey

La polémique des 40 millions qui oppose le ministère de la culture aux artistes ivoiriens vient d’être alimentée par des révélations de Fadal Dey, accusant le Burida et le ministre d’être de connivence. 

Le bras de fer qui oppose les artistes ivoiriens au ministère de la culture et de la francophonie continue de révéler ses secrets. En effet, une publication de l’artiste ivoirien Fadal Dey sur sa page Facebook permet de percer le mystère qui ronde autour de cette tension. Selon lui, le Burida (Bureau Ivoirien du Droit d’Auteur) a versé illégalement une somme de 40 millions au ministère de la culture et de la Francophonie pour l’acquisition d’une usine de pressage de CD. 3 ans après les faits, les esprits restent dubitatifs quant à l’existence de l’usine.

De plus, il stipule que ladite usine avant d’être usurpée par le ministère fut dans un premier temps le projet de l’APRODEM-CI (Association des producteurs, distributeurs et éditeurs de musique de Cote d’Ivoire) qui devrait s’achever après trois volets. Primo, produire les têtes d’affiche de la musique en Cote d’Ivoire ; ensuite l’achat d’une usine de pressage qui devrait permette de presser des CD à faible coût pour alimenter le marché afin de lutter contre le piratage et enfin la fabrication de 1000 kiosques pour la vente des CD.

Eu égard, des versions contradictoires qui tiennent à peine à prouver l’existence de l’usine. Fadal Dey lève le ton pour qualifier l’attitude des deux instances (Ministère et Burida) de marche elliptique. En clair, dans le mois d’Août 2018, sous la pression du CACB (collectif d’artistes pour le changement au Burida) le ministre avoue que l’argent a été utilisé pour acheter une usine qui serait logé au palais de la culture et elle devait fonctionner fin Septembre. Le 13 Novembre, lors du débat de vérité télévisé, son directeur de cabinet Mr Dembélé Fousseny fait savoir à la nation l’existence de l’usine au II plateau.

Apres investigation, l’on apprend que les 40 millions ont été remis à Fadiga de Milano et à Mr Koné Dodo l’actuel DG du palais de la culture pour l’achat de l’usine. Depuis le début de cet épisode « des 40 millions » le torchon ne cesse de bruler entre les artistes et le ministère.

 

Djibo B. AMADOU