Suivez Nous

Côte d’Ivoire : Après DJ Arafat, quel avenir pour le « coupé-décalé » ?

Djibo B. AMADOU | | Musique

Après l’hommage national de ce vendredi 30 Août à DJ Arafat, moult ivoiriens s’interrogent sur l’avenir du « coupé-décalé » en Côte d’Ivoire. Mais son parcours alléchant rassure et dissipe les craintes.

Après la disparition de DJ Arafat le 12 Août 2019, tous les esprits inquisiteurs s’interrogent sur l’avenir du « coupé-décalé » en Côte d’Ivoire. Depuis le début des années 2000, les jeunes ivoiriens se sont accoutumés à ce genre musical, qui a atteint une certaine suprématie ces dernières décennies.

Le parcours alléchant du « coupé-décalé » rassure, un focus sur son évolution laisse croire que les DJ ont renchéri le paysage musical ivoirien. D’abord, La première vague apparaît vers 2002, il s’agit des initiateurs : la Jet Set. Le groupe est composé de Douk Saga, Boro Sanguy, Lino Versace et bien d’autres compagnons. La seconde vague fait irruption entre 2005-2006, elle est chapeautée par des artistes comme DJ Gaoussou, Oxxy Norgy, Christina DJ, le Molare…, ceux-ci popularisent la musique. Ensuite, la troisième vague, la vague actuelle qui tient le trophée depuis 2006, plusieurs DJ tels que DJ Lewis, Serge Beynaud, Debordo et DJ Arafat ont planté le décor du « coupé-décalé » et propulsé limage de la Côte d’Ivoire à l’étranger.
Après DJ Arafat, qui pourra assurer le leadership de la musique ivoirienne ? Une question difficile à répondre mais certains critiques pensent que

nous assisterons à des rivalités. Le temps nous dira plus, une chose est sure, le « coupé-décalé » ne mourra pas.

 

Djibo B. AMADOU