Suivez Nous

Concert de Youssou Ndour à Bercy : Akon aime ses origines

Cyril Verb | | Musique

C’est un show réussi. Youssou Ndour en a l’habitude et la maîtrise. Le Bercy était plein à craquer. Des fans sont même restés dehors faute de billet.

Cinglé dans un joli costume sur mesure, lunettes, allure de ministre, Youssouf n’était pas là pour un discours. Mais, pour assurer la fête. Sur scène, le patron du Super Étoile s’est fait accompagner par un autre grand du Sénégal; Akon. Un double privilège pour les fans parisiens.

Capuche sur la tête, Akon arrive en déployant ses talents de danseurs de « ventilateur », célèbre danse du Sénégal. Et, quand il découvre son visage, la foule est en délire.

La super star du R&B a effectué un véritable retour aux sources. Devant une foule subjuguée, Akon et Youssou Ndour chantent ensemble en Wolof. Le temps d’une chanson entière, Akon exprime à fond son amour pour la culture de son pays d’origine. Sur son visage, on peut lire la joie de s’exprimer et de célébrer cette culture, celle de ses ancêtres.

Si les automatismes linguistiques sont encore à parfaire, Akon manifeste la joie d’un enfant qui reçoit le cadeau de ses rêves pour la Noël. Il sourit, il rit, il laisse couler quelques mots en Wolof en compagnie de son professeur du jour, Youssou Ndour.

Et là, l’émotion exprime la splendeur d’une nostalgie. Akon regrette dans une certaine mesure de n’avoir pas pu baigner à fond dans cet océan culturel qu’est le Sénégal.

De son vrai nom Alioune Badara Thiam, Akon est né aux États-Unis de parents Sénégalais. Il vit au pays jusqu’à l’âge de sept (7) ans avant de retourner en Amérique où il passe pratiquement toute sa vie. Régulier depuis un certain temps sur sa terre d’origine, Akon offre son aide aux populations africaines via des financements de projets pour l’entrepreneuriat des jeunes, l’électrification des campagnes et en faveur des enfants en difficultés.

 

Cyril Verb