Suivez Nous

CONCERT : Alpha Blondy à Rosny-sous-Bois

Atse Ncho De Brignan | | Musique

-

Dans le prolongement de la fête de la musique et pour la 3è édition du festival « MusicOparc », un concert gratuit accueillait le samedi 30 juin dernier Alpha Blondy à Rosny-Sous-Bois, en Seine-Saint-Denis (région parisienne). C’est dans le Parc Jean Decésari, en plein air, que la reggae-star a prêché en musique la paix, sur fond de récrimination.

Blondy, politiquement « incorrect »…

En sa nouvelle qualité d’Ambassadeur itinérant de « la Paix » pour l’ONU (distinction accordée récemment dans le cadre de la résolution de la crise qui secoue la Côte d’Ivoire, son pays), Alpha Blondy n’a pas hésité à saisir l’opportunité qui s’offrait à lui, en plein hexagone, pour emboucher la trompette de la Paix, en commençant par là où ça fait mal ! Dès le début du concert, il donne le ton : « Est-ce que vous êtes au courant qu’on a tiré sur l’avion du Premier ministre hier (NDLR, l’attentat manqué contre Guillaume Soro, chef visible de la rébellion armée et Premier ministre de Côte d’Ivoire, le vendredi 29 juin 2007) à Bouaké ? ». « Oui ! », répond en chœur le public. Alors il continue : « Il n’y a rien à dire. Pour moi, c’est la Force Licorne (force française d’interposition présente en Côte d’Ivoire) ; si ce ne sont pas eux, alors qu’ils me prouvent le contraire ! La Côte d’Ivoire est malade, je vous demande de ne pas tirer sur l’ambulance ». Médusé par une interpellation aussi directe, le public Français présent reste sans voix, à l’opposé du petit groupe d’Ivoiriens tenant le drapeau ivoirien en l’air en scandant le nom de l’artiste. Dès lors, et comme pour répondre à l’appel de ses compatriotes, il entonne un titre de son nouvel opus où le refrain ne ménage pas les semeurs de trouble : « Gbangban ils ont créé-là, ils vont prendre drap (traduction : ceux qui ont semé ce désordre vont en prendre plein la figure !). Rompu dans l’art de parler des sujets qui fâchent, et apparemment content de le faire, il va jusqu’à secouer l’Afrique avec ses dirigeants pour qui, le pouvoir c’est la gourmandise du pouvoir et la boulimie du pouvoir.
« Si l’Afrique est en retard, c’est la faute des Tampiris, si les Africains ont été vendus, c’est avec la complicité des Tampiris, si les marchands d’armes prospèrent en Afrique, c’est la faute des Tampiris, etc. ». Les « Tampiris », ce sont en moré (langue parlée au Burkina) « les imbéciles ». Il va plus loin en dénonçant les assassins de l’ex-Chef d’État du Burkina Faso : « Thomas Sankara, ce sont tes Bramôgôs qui t’ont dja (traduction du nouchi ivoirien : ce sont tes amis intimes qui t’ont tué) !
La vérité guérit, dit-on. Une fois désinfectée au mercurochrome, la plaie pouvait se cicatriser. En médecin habile et expérimenté, Blondy pouvait ranger ses pamphlets, et laisser court à ses rythmiques imparables tout au long de ce concert pour chanter l’amour et la paix, avec ce petit rien d’inimitable qui fait de lui ce qu’il est : un artiste hors classe…
Un show inoubliable

Entretenu par une belle chorégraphie, des choristes bien rodées et des musiciens de talent qui composent le Solar System, sa bande, ce concert live a été d’un très haut niveau. La méga-star a égrené un pan du répertoire de son nouvel album « Victory » où, malgré quelques propos provocateurs à l’égard de l’Occident, il a chanté tout l’espoir qu’il a pour la Paix et l’Amour dans le monde entier et surtout pour l’Afrique. Dans un style qui lui est propre (un mélange de pur reggae imprégné d’ambiances africaines, alternant les textes en français, en anglais, en dioula et autres dialectes africains) le « Rasta poué » d’Abidjan a fortement séduit le public. Un public fort sympathique et acquis à la cause de l’artiste qui reprenait en chœur ses différentes chansons. Alpha Blondy qui, comme un bon vin qui se bonifie sous le poids de l’âge, a beaucoup bougé et dansé sur le podium par des pas de reggae avec le soutien de ses fans durant tout le show. Comme diraient les Baramôgos, « Jagger a dja la foule » !