Suivez Nous

Chronique musicale: La musique religieuse livre sa guerre à l’injustice et à haine en Côte d’Ivoire

Eric Tape Daleba | | Musique

-
La Côte d’Ivoire, logé dans la partie ouest de l’Afrique, est un état indépendant à l’instar des pays africains de colonie française, depuis 1960. Aujourd’hui, malgré ses 50 ans d’indépendance, ce pays connait depuis une vingtaine d’année des soubresauts qui entament considérablement son intégrité territoriale et sa souveraineté.
Conscient de cette situation, des chantres de l’éternel, comme il est tenu de les nommer, se sont levés pour dire non à l’injustice faite à leur pays et à la haine, en organisant le premier festival de musique chrétienne qui verra la participation de plus de 150 artistes chrétiens, le 07 janvier 2011 au complexe Jesse Jackson de Yopougon en Côte d’Ivoire.

Ce spectacle est l’idée de l’ONG les amis d’Israël de Côte d’ivoire, un mouvement de prière qui regroupe des chrétiens qui aiment Israël d’un amour sincère et désintéressé. Comme Israël, les organisateurs estiment que la Côte d’Ivoire est une nation bénie, et doit par la même occasion bénéficier du soutien de tous ces chantres pour faire tomber les murs de Jéricho par la louange et l’adoration.

Cette action prophétique s’avère possible lorsqu’on observe l’ascension réalisée par l’industrie musicale chrétienne en Côte d’Ivoire les 20 dernières années, au point de se hisser au niveau des meilleurs labels de musique. La sortie en masse d’opus en solo ou en groupe, dans le but de proclamer l’évangile par le chant, en est la preuve tangible. Leurs messages tournent autour de l’acceptation de Jésus Christ comme sauveur, mais de plus en plus et à la faveur de la crise en Côte d’Ivoire, ce message s’est focalisé sur la paix, la justice de Dieu et son Amour pour les hommes.

Ces hommes, acteurs du jeu politique, mais aussi facteurs de déstabilisation des nations et de leurs richesses, sont au centre du combat et de la conquête de la dignité humaine. Que de paradoxe ! Ce sont ces déséquilibres qui poussent les acteurs de la scène musicale chrétienne, à rechercher des solutions aux moyens de textes bibliques et par le puissant canal de la musique.

Si la bible fait mention dans le livre de Josué au chapitre 6 de la victoire des enfants d’Israël sur leurs ennemis, elle précise également l’action de Dieu par le chant et la louange. La bible nous apprend donc que les combats des nations ne doivent pas se limiter aux stratégies et aux actions militaires. A contrario, ils doivent s’appuyer sur le spirituel; c’est en ce moment certainement que l’action de Dieu est la plus efficace.

La même bible claironne dans Romain 8 au verset 31 : «si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?». Cette assurance est une référence pour le chantre de l’éternel en ces périodes troubles pour l’état indépendant de Côte d’Ivoire, et il sera en faire bon usage au temps fixé. De nombreuses guerres se sont succédées dans l’histoire de l’humanité et ont démontré l’action du saint esprit dans la résolution des conflits. Si l’histoire ne ment pas, comme dit l’adage, alors il est clair que cette action des chantres est opportune et portera certainement ces fruits. Car il est écrit en Habacuc 2 au verset 3 :«lorsqu’une grâce tarde, attend-là, car elle s’accomplira certainement». Les chantres de Côte d’Ivoire rassurent: «la Côte d’Ivoire doit demeurer dans l’obéissance à son Dieu et elle verra sa gloire se manifester dans sa nation».

Une chose est désormais sûre, les murs de l’injustice et de la haine seront combattus par les feux de l’équité et de l’amour. Un nouvel ordre mondial est possible. Et selon les chantres de Côte d’Ivoire, le chrétien en a la clé. Ouvrons donc les portes du dialogue et du partage, de la réconciliation et de l’amour, pour que vive une Côte d’Ivoire prospère, réconcilié avec elle-même et le reste du monde