Suivez Nous

La chanteuse Emel Mathlouthi revisite une de ses chansons avec 53 artistes en mode confinement

Danielle YESSO | | Musique

L’artiste tunisienne Emel Mathlouthi a publié en ligne, le 13 juillet 2020, une version orchestrale de son tube Kelmti Horra (Ma parole est libre) à laquelle une cinquantaine d’artistes de plus d’une vingtaine de pays ont participé.

La célèbre ode à la liberté, écrite pendant la révolution tunisienne, a été découverte par le monde lors de la remise du Nobel de la paix au quartette du dialogue national en décembre 2015 à Oslo, en Norvège. “Super fière de partager aujourd’hui le plus grand et le plus beau projet sur lequel j’ai jamais travaillé. Un rêve de longue date devenu réalité, la réunion de 53 artistes et musiciens de 22 nationalités différentes”, a écrit la chanteuse tunisienne sur son compte Twitter.

Cette Quarantine Session (Session en quarantaine) de Kelmti Horra est une proposition artistique multiforme. Elle réunit des musiciens et des chanteurs, mais aussi des acteurs et des danseurs originaires notamment du Moyen-Orient, d’Europe et d’Afrique. “Plusieurs artistes tunisiens ont rejoint Mathlouthi dans cette expérience inédite durant laquelle sont présentées 100 séquences dans un montage vidéo de 8′.33”, précise l’agence de presse tunisienne TAP. Parmi ses compatriotes, on retrouve notamment la chanteuse Abir Nasraoui ou encore la comédienne Hend Sabry et l’acteur Dhafer Elabidine.

L’orchestre, composé de plusieurs musiciens français, accompagne ainsi plusieurs autres artistes. Entre autres, les Libanais Jahida Wehbe et Hamed Sinno (du groupe Mashrou’Leila, NDLR), le danseur syrien Ahmad Joudeh et ses compatriotes Faia Younan et Bachar Zarkan, les Palestiniens Omar Kamal et Rasha Nahas, la Jordanienne Hana Malhas, le musicien yéménite Sharaf Al Gaedila, la Germano-Nigériane Ayo, le Franco-Mauritanien Daby Touré, les Comoriens Eliasse et Nawal, le Malien Cheikh Tidiane Seck, le rappeur belgo-marocain Code rouge, la Malgache Razia Said, le Djiboutien Said Helaf (Djibouti) ou encore la Brésilienne Flavia Coelho.

Les paroles de Kelmti Horra ont été écrites par le poète et écrivain tunisien Amine El Ghozzi qui participe également au clip. La chanson, majoritairement chantée en arabe comme dans sa version originale, s’y décline aussi en français et en malinké (langue commune à plusieurs pays en Afrique de l’Ouest).

 

Danielle YESSO