Suivez Nous

Aya Nakamura, la malienne qui a su séduire la France

Danielle YESSO | | Musique

Partie d’Afrique avec sa famille pour s’installer en France, Aya Nakamura a pu s’imposer au public français à travers ses chansons. Une carrière qui débute sur les réseaux sociaux pour s’étendre aux podiums du monde entier. Retour sur le parcours atypique d’une jeune femme à fort caractère.

D’origine malienne, Aya Nakamura, de son vrai nom Aya Danioko, quitte son pays natal pour la France avec sa famille alors qu’elle est encore une enfant. Née le 10 mai 1995, Aya Nakamura est issue d’une famille de griots. Dans sa famille, la musique est innée. Elle grandit dans une atmosphère baignée de chants en construisant un univers propre à elle.

La jeune artiste commence des études de mode à La Courneuve dans le but de devenir modéliste. Mais très vite, sa passion pour la musique prend le dessus. Elle abandonne ses études pour s’y consacrer entièrement. En 2014, Aya Nakamura publie sa toute première chanson sur Facebook intitulée « Karma », alors qu’elle n’a que 19 ans. Fan de la série à succès Heroes, elle choisit comme nom de scène Nakamura qui est le nom d’un personnage de la série, Hiro Nakamura.

Quelque temps après, la jeune femme sort un titre zouk love intitulé ‘’j’ai mal’’ qui cartonne sur les réseaux sociaux. Aya Nakamura écrit sur des sujets qui la préoccupent comme les relations ou l’amour. Après avoir atteint 3 millions de vues avec ‘’j’ai mal’’, elle décide de faire véritablement carrière dans la musique. Son ami Dembo Camara devient alors son producteur et manager. Elle fait par la suite la rencontre du compositeur Christopher Ghenda. La jeune artiste est sollicitée par d’autres stars. Elle collabore avec Abou Debeing, Gradur, Fababy etc.

En décembre 2015, Aya Nakamura signe avec Warner Music France. Elle dévoile alors au public français les hits « comportement » et « Oumou Sangaré » en hommage à la chanteuse malienne. Le 25 août 2017, son premier album voit le jour sous le titre « journal intime ». Le 23 septembre 2017, la chanteuse d’origine malienne offre son premier concert exceptionnel à l’Accor Hôtels Arena de Bercy. Un concert qui fut un véritable succès, car cet évènement était particulièrement dédié au Mali. Des artistes tels qu’Oumou Sangaré, Cheick Tidiane Seck, Lassana Hawa ou encore Mokobé étaient de la partie.

En avril 2018, Aya Nakamura s’impose avec « Djadja », dont le clip du titre atteint aujourd’hui les 280 millions de vues sur YouTube. Le single se positionne pendant deux semaines consécutives en tête des charts français. Très vite, le succès dépasse les frontières de l’hexagone et devient planétaire. Son deuxième album Nakamura est certifié double disque de platine en mars 2019 avec 200 mille exemplaires écoulés. La jeune star de 24 ans remporte un W9 d’or en 2017 dans la catégorie ‘’artiste féminine la plus écoutée en streaming de l’année’’.

Malgré son succès fulgurant, la jeune femme reste très discrète sur sa vie privée. Mère d’une fille de 3 ans, Aya Nakamura a confié que sa fille Aïcha ignore encore le métier qu’elle exerce. Selon la chanteuse, elle tient à ce que sa fille grandisse comme une petite fille normale, hors des médias. Même si l’identité du père de la fille de l’artiste reste encore inconnue, pendant longtemps le public avait insinué qu’il existerait une liaison entre Aya Nakamura et Niska, bien que les deux artistes n’aient jamais rien confirmé à ce sujet.

Adulée par ses fans français, la chanteuse est désignée par ses fans africains comme une personne arrogante. Ces rumeurs ont couru depuis sa tournée africaine où elle avait refusé selon certaines sources de se faire prendre en photo avec ses fans. Plus tard, Aya Nakamura avait déclaré dans un média français qu’elle ignorait complètement qu’elle était connue en Afrique. Une remarque qui n’a pas du tout plût à ses fans d’Afrique d’où elle est originaire.

 

Danielle YESSO