Suivez Nous

Affaire d’héritage Johnny Hallyday : la justice française s’interpose et gèle une partie des revenus des ventes d’albums

Jean Paul Tra Bi | | Musique

©L’album posthume de Johnny Hallyday «Mon pays c’est l’amour» dans les bacs depuis le d’octobre dernier. FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

C’est un épisode issu du psychodrame qui met en relief l’héritage de Johnny Hallyday et la guerre larvée entre Laetitia, la veuve du chanteur, et ses deux enfants, Laura et David.

Pour le gel d’une partie des droits d’auteurs tirés de la vente des albums de Johnny, la justice française ordonne et fait preuve de clarté le temps que la querelle judiciaire sur l’héritage soit tranchée.

L’affaire devient un brin complexe, elle implique droit français, américain, et trust financiers. Pour en faire une simplicité. Il existe aux États-Unis un trust, c’est une structure financière qui est au centre de la querelle d l’héritage qui s’oppose aux deux enfants du rockeur.

La Bank of America a demandé à ce que tous les droits d’auteurs recouvrant l’ensemble de la carrière de Johnny soient transférés dans ce trust en vue de régler le problème des enfants de Johnny, David et Laura. Cette demande est en cours d’étude par la justice américaine mais si celle-ci y donnait une suite favorable, les deux enfants ne verraient alors jamais la couleur de l’argent issus de ces droits même si la querelle d’héritage tournait en leur faveur.

C’est dans cette logique qu’ils ont interpellé la justice française cette fois pour en geler une partie en attendant que le fond de l’affaire soit tranché.  Ils ont donc eu gain de cause et ce sont ainsi plus d’un tiers des droits d’auteurs tirés de la vente des albums de Johnny qui sont désormais contestés.

 

Jean Paul TRA BI