Suivez Nous

Tanzanie : Les Clubs RFI et Les Écrans de la Paix, en soutien aux refugiés du camp de Nyarugusu

Arsene DOUBLE | | Média

Les Clubs RFI et Les Écrans de la Paix organisent, depuis plusieurs semaines, des séances de cinéma gratuites dans le camp de refugiés de Nyarugusu, ouvert en 1996 dans l’ouest de la Tanzanie. L’objectif est de briser la monotonie du quotidien des réfugiés, à savoir les Burundais et Congolais.

En Afrique, les camps de refugiés accueillent bon nombre de familles fuyants la guerre. Elles sont réunies dans des camps, notamment au Cameroun, en RDC et en Tanzanie, selon leurs origines. Sous des tentes ou préfabriqués, leur vie semble s’arrêter. Présents alors dans le camp de Nyarugusu en Tanzanie, les Clubs RFI et Les Écrans de la Paix s’évertuent, par des projections, à briser la monotonie du quotidien des réfugiés burundais et congolais.

« L’écran de cinéma est une fenêtre sur le monde pour ces populations condamnées à vivre dans des lieux clos, complétement refermées sur elles-mêmes. C’est une façon de permettre à la vie de continuer », selon l’ONG française, Les Écrans de la Paix. Fondée au Kurdistan italienne en 2015, l’organisation vise à organiser des projections de cinéma dans des pays ou des régions touchés par des conflits armés ou par des catastrophes naturelles.

Regroupant des auditeurs passionnés de la « radio du monde », les Clubs RFI, quant à eux,- six (06) implantés dans les camps- font du divertissement et de l’apprentissage leurs crédos. Crées il y a 25 ans, les Clubs RFI ont ajouté un volet « humanitaire » à leurs actions en 2014. Le premier Club RFI d’un camp de refugiés a été créé en RDC, dans la province de l’Équateur, en partenariat avec le HCR, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

« Ces films me font découvrir le monde et je corrige ma prononciation », témoigne ainsi Thomas, un des habitants du camp. Les propos de ce refugié révèlent la portée éducative des séances de cinéma. Elles contribuent à la révision du français.

 

Arsène DOUBLE