Suivez Nous

Stacey Fru : A 11 ans, cette écolière-écrivaine milite pour rehausser le système éducatif de son pays

Irene COULIBALY | | Litterature

© L’écrivaine Stacey Fru, 11 ans, dans sa salle de classe de l’école Sacred Heart à Johannesburg le 16 janvier dernier

La plus jeune écrivaine du continent africain Stacey Fru, serre les cordes pour relancer le système éducatif en faillite de son pays, l’Afrique du sud.  

Jeune, belle, beau sourire et intelligente, la petite Stacey Fru, est remarquable dans son pays notamment pour son engagement à inculquer le goût de la lecture à ses petits camarades avec son slogan ‘’lisez, écrivez, éduquez’’.

Primé depuis 2016, la jeune fille a développé la fièvre de l’écriture assez tôt, ce qui lui a valu de remporter plusieurs prix. Il s’agit notamment du prix de la National Development Agency (NDA) dans la catégorie Best Early Childhood Development (ECD), alors âgé de seulement 9 ans.

La petite écrivaine porte déjà une fondation à son nom qu’elle utilise pour amplifier son combat de propagation de la culture de la lecture dans son pays et dans toute l’Afrique. Sa campagne ‘’an african, book a child’’, est un canal par lequel passe Stacey afin d’être plus proche des autres enfants en leurs distribuant des livres. Des livres aussi bien écrits par elle que par ses devanciers.

La plupart de ses écrits sont selon elle ‘’inspirés d’expériences personnelles, mais avec des personnages personnifiés avec des animaux pour avoir une résonance chez les enfants’’.

Une enfant très active et engagée

Sa toute première œuvre intitulée Smelly Cats, raconte l’histoire de deux cousins en quête de popularité dans leur école. Un phénomène très récurent qui fait partie du quotidien des écoliers et lycéens un peu partout dans le monde. Son second, Bob and the Snake, parle, lui, du serpent de compagnie du jeune Bob, qui devient rapidement une source de problèmes financiers pour sa famille. Une œuvre qui vise à inculquer le respect des parents aux enfants, aussi apprendre aux enfants à éviter les caprices inutiles, indique l’auteure.

Entre cours de danse, de guitare, des conférences et beaucoup de sollicitations de médias sud-africains, Stacey Fru trouve toujours le temps pour sa passion : l’écriture.

Cependant, elle n’entend pas se limiter qu’aux enfants, mais prévoit écrire de véritables nouvelle avec des sujets sérieux pour un lectorat plus large. En l’occurrence la question des kidnappings en Afrique du Sud et l’importance de l’identité africaine, feront probablement l’objet central de ses écrits sur ses deux livres annoncés pour cette année.

Sur les chemins de sa mère

C’est à ses 6 ans que sa mère découvre pour la première fois un manuscrit dans sa chambre. Il s’agit de Smelly Cats, écrit dans la plus grande discrétion. Il sera publié quelques mois après et intégrer par le ministère de l’éducation nationale comme support d’apprentissage des enfants. Une grande fierté pour la petite fille, qui augmente son envie d’écrire.

Stacey Fru est née à Johannesburg, de parents camerounais émigrés en Afrique du sud dans les années 1990. Sa mère Victorine Mbong Shu également écrivaine a signé plusieurs ouvrages, principalement sur la parentalité.

Faire de son pays l’un des meilleurs en éducation en rehaussant le niveau de lecture, en véhiculant des messages forts, est l’objectif que vise l’écolière- écrivaine. Car en effet, l’Afrique du sud fait partie des derniers de la classe en matière de résultats scolaires, occupant la 75e place sur les 76 pays du classement de l’OCDE. Près de 30% des élèves sont incapables de lire correctement après six années d’enseignements. Le système sud-africain est en faillite. Stacey organise des tournées dans des écoles primaires, des lycées et même dans des universités pour raconter son histoire et tendre la main aux enfants défavorisés.

« Ne pensez pas que votre situation définit votre avenir. Ne laissez personne vous dire que le ciel est la limite. Car il y a des traces de pas sur la lune. Donc, allez chercher les étoiles. », tel est son conseil aux africains qui veulent se lancer dans l’écriture comme elle.

 

Irène COULIBALY