Suivez Nous

Les primo-romanciers mis à l’honneur à l’occasion de la rentrée littéraire

Irene COULIBALY | | Litterature

581 romans avaient été publiés à l’occasion de la rentrée littéraire en 2017. FRED TANNEAU/AFP

La rentrée littéraire qui est une occasion de découverte de nouveaux talents a débuté le jeudi 16 août dernier. Pour cette année, 94 premiers romanciers âgés de 24 à 86 ans sont attendus.

Il n’y a jamais eu autant de premiers romans français, selon les résultats du décompte fait par le magazine spécialisé « livres hebdo ». Au total 567 titres dont 381 ouvrages francophones sont attendus en librairie d’ici la mi-octobre. A de rares exceptions près, les écrivains d’ignorer l’insouciance.

Parmi les primo-romanciers, des visages ne sont inconnues du public. C’est le cas de Jean-Luc Barré, historien et éditeur. Il publie pervers (Grasset), premier roman autour de la personne d’un écrivain. Du côté des tout nouveaux, l’on compte Anton Beraber qui signe la grande idée (Gallimard), un des meilleurs romans de la rentrée. C’est un récit d’aventures sur les traces d’un mystérieux personnage.

Certains romans sont cependant déjà bien partis pour recevoir des prix. Notamment rue du triomphe (Robert Laffont) de Dov Hoenig. L’auteur de 86 ans s’inspire de sa jeunesse tumultueuse qui débute à sa naissance en Roumanie et de départ pour la Palestine dès la fin de la guerre avant de rejoindre Paris au milieu des années 1960.

En 2017, 581 romans avaient été publiés à la même occasion.

 

Irène COULIBALY