Suivez Nous

Au Ghana, une bibliothèque pour valoriser la littérature noire et africaine

Irene COULIBALY | | Litterature

Sylvia Arthur est une passionnée de littérature dont le rêve a toujours été de partager son impressionnante collection de livres. Aujourd’hui, son rêve est devenu réalité grâce à l’ouverture à Accra de sa bibliothèque pour valoriser la littérature noire et africaine.

L’Anglo-Ghanéenne Sylvia Arthur s’est donnée pour objectif de défendre la littérature africaine à travers sa bibliothèque qui selon elle est négligée. « Notre littérature a toujours été négligée, elle n’est pas mise en mise valeur, elle n’est pas prise au sérieux et elle n’a jamais été archivée. C’est précisément le but de cette bibliothèque », estime la fondatrice de la bibliothèque de l’Afrique et de la diaspora africaine (LOATAD).

C’est après avoir travaillé dans le secteur de la communication en Europe jusqu’en 2017 que Sylvia Arthur décide de rentrer au Ghana pour mettre sur pieds son projet avec ses économies. « On a commencé avec une seule pièce, et maintenant nous avons une maison entière remplie de livres », affirme la propriétaire de près de 4. 000 livre aujourd’hui.

La bibliothèque récemment rénovée et agrandie a pu rouvrir ses portes ce début de mois de juillet, après la levée des mesures de confinement strictes lié au covid-19. Il est possible d’y emprunter des ouvrages pour frais d’inscription annuels de 600 cedis (90 euros). La bibliothèque de l’Afrique et de la diaspora africaine (LOATAD) est un espace pour découvrir, apprendre et s’informer sur l’histoire et la culture noire.

Sur les différents rayons, on trouve des auteurs originaires de pratiquement tous les pays africains et des auteurs de livres encore sur le marché, mais aussi des publications rares qui ne sont plus éditées.

 

Irène COULIBALY