Suivez Nous

Les États-Unis honorent Walt Whitman, le bicentenaire, père de la littérature américaine

Irene COULIBALY | | Litterature

Walt Whitman en 1887.
© Adam Cuerden

Connu pour son recueil de poème « feuilles d’herbe » paru en 1855, Walt Whitman détient le titre du père de la littérature américaine pour ses nombreuses publications. A l’instar de Victor Hugo et Charles Baudelaire qui ont marqué leur époque, l’américain a traversé plusieurs générations avec ses riches œuvres la plume à la main. En hommage donc à ce grand homme ; les États-Unis ont célébré son bicentenaire qui fut un moment de redécouverte de ses œuvres poétiques.

Pour reconnaitre et revisiter les œuvres du poète Walt Whitman, les États-Unis ont décidé de célébrer son bicentenaire. Cette référence de la littérature américaine est née le 31 mai 1819 à New York. Son long parcours et ses œuvres poétiques lui ont valu son titre du plus grand poète lyrique américain. Ainsi, pour marquer son anniversaire, les autorités municipales de New York ont organisé sur une semaine des rencontres d’échanges meublés par des colloques, des spectacles et des visites mettant en évidence la vie du poète et ses œuvres du 27 mai au 1er juin 2019.

“International Whitman week”, des mots inscrits sur la brochure présentant l’évènement comme pour reconnaitre l’universalité du bicentenaire. Grâce à son œuvre “feuilles d’herbe”, Whitman aura influencé plus d’un des poètes du monde entier par sa thématique célébrant l’humain au-delà des frontières américaines du XIX siècle. Cette œuvre à tonalité épique a positionné l’homme parmi les meilleurs de sa génération, une icône incontournable dans l’univers des lettres.

 

La vie de l’homme

Né d’une fratrie de neuf enfants, rien ne prédestinait cet autodidacte à devenir une légende de la poésie. A 13 ans seulement, il dut interrompre ses études pour aller travailler. Il fut successivement apprenti typographe, maître d’écoles, puis journaliste, tout en s’appliquant à combler ses lacunes intellectuelles grâce à la lecture. Et c’est de là que nait son amour pour les lettres. A 36 ans, il publie son célébrissime “feuilles d’herbe” composé de douze poèmes en 1885. Le poète dans la plupart de ses œuvres célèbre l’Amérique, chante sa nation, ses hommes et femmes, son industrie moderne, sa démocratie. Il brandit sa nation avec fierté et honneur. Ses plus célèbres œuvres sont Democratic Vistas (1870) et Specimen Days (1882), le premier étant un traité sur la démocratie américaine et sur la place du poète dans la cité, le second un livre de souvenirs et d’impressions.

 

Irène COULIBALY