Suivez Nous

La dessinatrice Américaine Emil Ferris, Lauréate du prestigieux Fauve d’Or d’Angoulême 2019

Jean Paul Tra Bi | | Litterature

© Crédit Photo: Yohan BONNET

Lors de la cérémonie du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, la dessinatrice Américaine Emil Ferris a reçu le prestigieux Fauve  d’or pour sa BD << Moi ce que j’aime ,c’est les monstres >> ce samedi 26 janvier 2019. S’ajoutant au palmarès des 10 titres des Prix découvertes, le palmarès de l’année 2019 couronne donc l’ouvrage paru chez Monsieur Toussaint Louverture.

Il s’agit du tout premier roman graphique de cette illustratrice de 56 ans qui n’avait même jamais publié de livre auparavant.

Emil Ferris aura accaparé toutes les distinctions avec cet ouvrage de 800 pages, distingué par trois Eisner Awards (les récompenses de la BD américaine) au Comic Con de San Diego en juillet 2018, dont ceux du meilleur album et du meilleur auteur.

La dessinatrice Américaine a également remporté le prix de l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) en France dans le mois de décembre 2018.

Faisant partie des livres événements de la rentrée dernière, la bande dessinée d’ Emil Ferris a déjà été récompensée par la critique avant d’obtenir le prestigieux Fauve d’Or : Moi, ce que j’aime, c’est les monstres.

C’est un récit qui fait allusion au témoignage d’une enfant pour avoir menée une enquête dans le Chicago interlope des années 1960 . Une petite fille qui aime tant la compagnie les loups-garous et d’autres vampires. C’est une narratrice susceptible d’ enquêter sur la mort suspecte d’une de ses voisines, ancienne déportée juive.

Dotée d’un style graphique luxuriant , Emil Ferris aborde de multiples thèmes comme les crimes sexuels, le féminisme, l’homosexualité, le racisme, la place des rescapés de la Shoah pour le succès de ses œuvres caricaturales

Vendu à plus de 100 000 exemplaires aux États-Unis , »moi ce que j’aime c’est les monstres  » est reconnu comme faisant partie des meilleures BD par le pape de 9e art Américain Art spiegelman et décroché trois Eisner Awards avant d’être décerné le Fauve d’Or d’Angoulême .

Jean Paul TRA BI