Suivez Nous

« De la race des seigneurs », un roman perçu comme un règlement de compte

Arsene DOUBLE | | Litterature

Alain-Fabien Delon, écrivain

Alain Fabien-Delon met en scène, dans un roman à clé, l’enfance difficile d’un fils à papa, Alexandre Delval.

« De la race des seigneurs », est un formidable roman à clé du mannequin Alain Fabien-Delon. Sa vie et celle de son père s’y trouvent. Mercredi 06 janvier 2019 augure la sortie officielle de l’œuvre autobiographique, dans les « De la race des seigneurs », du jeune acteur, Fabien Delon, 24 ans, fils de l’acteur et homme d’affaires français , Alain Delon et de Rosalie Van Breemen, sa mère. L’auteur raconte du début jusqu’à la fin la jeunesse, très compliquée, d’un fils à papa, Alex Delval.

Dans ce livre, le jeune Alex est le fils de la star Delval, qui roule en Mercedes, collectionne les armes, vit avec ses chiens et élève son fils à la dure. Le personnage de la star Delval ressemble étrangement au père de l’auteur, Alain Delon, qui est lui aussi une star.

Ce récit à clé dépeint un père terrifiant, imprévisible, colérique, manipulateur, antisémite dans ses propos et violent , à l’occasion, dans ses actes. Il lui est même déjà arrivé d’attraper la tête de son fils, Alex Delval, à table et tailler à coups de ciseaux dans sa chevelure.

Dans le magazine français, «  Elle », Alain-Fabien a fait savoir que le titre de l’œuvre s’imposait de lui-même. « C’est la phrase qu’il me dit le plus souvent, sa réponse à tout : Tu es de la race des seigneurs, alors ça va aller. Il me disait aussi tout le temps : Les rois, ça pleure pas. Des trucs un peu délirants et mégalos. », a-t-il raconté.

« De la race des seigneurs » évoque également, de grotesques scènes de jalousie de la part de l’homme riche, Delval, divorcé d’avec la mère du jeune Alex. Le père charge, un jour, son fils, Alex Delval, de faire savoir à son rival, Zakhar, époux de sa mère, son refus de prendre part à leur mariage : « Tu le prendras entre quatre yeux, ce connard. Tu lui diras que tu n’iras pas à son mariage parce que tu es un Delval ».

En réalité, le businessman russe, Zakhar est l’avatar d’Alain Afflelou, ancien rival de Alain Delon, père du jeune écrivain.

Quand on fait le parallèle avec la réalité, on pense, toute de suite à un règlement de compte. Mais, notre auteur, Fabien Delon, a tenu à faire savoir que le récit n’a rien à voir avec un règlement de compte. «  Les gens attendaient que j’écrive une autobiographie trash, mais je ne suis plus dans la revanche, j’avais envie d’écrire un truc beau, pas de pauvres mémoires sur ce que j’ai fait de ma vie. J’en ai marre qu’on me voit comme le type qui est dans « Voici », je voulais montrer ce que je vaux. », a-t-il assuré, dans « Elle », magazine français.

Notons que les relations d’Alain Delon, homme d’affaires français et son fils ont longtemps été orageux. Parti à 18 ans du foyer familial, Alain-Fabien a enchaîné les plans galères avant de commencer une carrière de mannequin et d’acteur – il était récemment à l’affiche d’Une jeunesse dorée, d’Eva Ionesco. Il reconnaît au passage qu’il en a fait baver à son père.

« Je gagnais des sous en balançant des dossiers sur mon père dans les journaux, a-t-il précisé dans le magazine « Elle ». Pendant des années, j’ai vécu en attendant qu’il claque, maintenant j’espère qu’il va vivre bien longtemps pour me voir arriver très haut. J’ai plus le temps d’être dans la haine. »

Si l’auteur a été , dans « De la race des seigneurs » , moins tendre avec son père, néanmoins, il a une fois rendu un hommage à son géniteur dans le célèbre magazine français, « Paris Match ».

« Il nous a appris la rigueur, les règles de base à respecter, confiait-il à l’époque. Je reconnais que si votre enfant est fort mentalement et psychologiquement, l’élever à la dure peut lui permettre d’encaisser des coups plus tard. Si, il y a trois ans, j’ai eu faim et froid, aujourd’hui je me sens bien. Je m’en suis sorti tout seul, même si je suis le fils d’Alain Delon. Je ne le remercierai jamais assez… »

 

Arsène DOUBLE