Suivez Nous

Chroniques Brazzavilloises, une œuvre qui présente un portrait fin et réaliste de la vie quotidienne au Congo

Irene COULIBALY | | Litterature

Marcel Mabiala Mbouyou vous invite à découvrir Chroniques Brazzavilloises, une œuvre mêlant français, lingala et kituba.  Composée de sept nouvelles, cette œuvre publiée aux éditions Jets d’encre fait découvrir au lecteur un portrait fin et réaliste de la vie quotidienne au Congo.

Chroniques Brazzavilloises nous transporte à Brazzaville, capitale du Congo-Brazzaville. L’auteur décrit cette ville comme une ville qui grouille de monde, chacun vaquant à ses occupations. Mais il fait surtout ressortir la manière dont les veillées funéraires sont animées dans cette ville.

Feuilles de palmier attachées à des poteaux électriques, à des arbres ou à des palissades sont le signal pour indiquer le lieu de la veillée. Pour accompagner cela, l’on installe également une guitare lumineuse qui fait le tour de l’endroit enfin, des décibels musicaux assourdissants émanent de la radio Matanga. L’animation de ces veillées est l’affaire de disc-jockeys connus pour la plupart et qui passent des chansons religieuses de préférence dès la tombée de la nuit jusqu’au petit matin. Des communiqués provenant de la famille éplorée participent aussi à l’ambiance de la veillée sans oublier le tocsin du réveil matinal à l’aube, de préférence à cinq heures.

À travers son œuvre, Marcel Mabiala Mbouyou peint avec beaucoup de réalisme le quotidien du ‘’véritable’’ Congo dont il défend avec amour la richesse culturelle. Un quotidien, pas très éloigné de celui des autres pays du continent africain.

Âgé de soixante-dix ans, Marcel Mabiala Mbouyou a fait ses études en France avant de rentrer au Congo avec un doctorat de littérature française et un master de sciences politiques. Il s’est ensuite lancé dans une carrière en marketing puis s’est tourné vers l’enseignement. Sa vocation littéraire a longtemps été contrariée, mais, avec Chroniques Brazzavilloises, l’auteur montre bien qu’il a sa pierre à apporter pour enrichir l’univers littéraire congolais, voire africain.

Aujourd’hui à la retraite, l’auteur exerce les fonctions de directeur des études académiques, de chargé des cours de marketing et d’outils de recrutement à la Haute École Léonard de Vinci.

 

Irène COULIBALY