Suivez Nous

“100 grands films de réalisatrices“ : une œuvre qui met en avant les cinéastes femmes

Arsene DOUBLE | | Litterature

“100 grands films de réalisatrices“ de la journaliste Véronique Le Bris

Publié aux éditions Arte et Gründ en mars dernier, “100 grands films de réalisatrices“ de la journaliste Véronique Le Bris aborde la question de l’invisibilisation des femmes dans le cinéma et de leurs difficultés à se faire reconnaître dans ce milieu. Elles sont pourtant à l’origine de plusieurs superproductions, ayant marqué l’histoire du cinéma.

 

“100 grands films de réalisatrices“ se pose comme un guide précieux, visant à rendre visibles toutes les femmes de cinéma à tous les cinéphiles. Ecrite par la journaliste Véronique Le Bris et publiée aux éditions Arte et Gründ en mars dernier, l’œuvre parle de l’invisibilisation des femmes dans ce secteur de la culture et sur l’idée que le regard cinématographique féminin a été occulté pendant de nombreuses années.

“100 grands films de réalisatrices“ est un utile démenti à tous ceux qui affirment que s’il y a peu de films de cinéastes femmes sélectionnés dans des festivals, c’est parce qu’il y a peu de bons films réalisés par des femmes à cet instant T. Des films de femmes, il y en a, des très bons films aussi et bien plus que cent.

La date de naissance officielle du cinéma est le 28 décembre 1895. Dès mars 1896, une femme, secrétaire de Léon Gaumont, imaginait son futur en tournant la toute première fiction de l’histoire : “La Fée aux choux”. Mais comme Alice Guy était très inspirée et très douée, elle a également inventé des effets spéciaux, le ralenti, l’accéléré, les surimpressions, la superproduction et même le gros plan.

Quasiment toute la grammaire du cinéma actuel. Elle fut la première cinéaste à tourner des films sonores, des opéras, elle savait faire rire ou pleurer, filmer la guerre ou la vie du Christ, et même fonder et diriger un studio de production américain. Elle reste méconnue, son œuvre est pourtant extraordinaire.

A voir comment a été traitée la pionnière la plus prolixe et à la carrière la plus longue—elle tourne jusqu’en 1920) —il n’est pas étonnant que toutes celles qui ont suivi ne jouissent pas de la même notoriété que les confrères masculins. Il est donc temps de réhabiliter leur place !

 

« Leur travail est complètement atomisé »

Invitée d’Europe Midi, la fondatrice de cine-woman.fr, le premier webmagazine féminin sur le cinéma a notamment estimé que leur travail dans le cinéma avait été « atomisé ». Dans cet ouvrage, Véronique Le Bris décrit en effet un regard de la femme délaissé et auquel il faut absolument avoir accès aujourd’hui.

« Les femmes ont toujours travaillé dans le cinéma, depuis le début, et Alice Guy fait notamment partie des pionnières. La seule chose, c’est que leur travail est complètement atomisé. Du coup, on ne le reconnaît jamais », a estimé la journaliste.

Et pour cause, selon elle, le grand public assimile en grande majorité le cinéma à la gent masculine. « Quand vous demandez aux gens leur film ou leur réalisateur préféré, ça va être systématiquement un film d’homme. Tout simplement parce que les œuvres des femmes n’ont pas été réunies, il n’y a pas d’effet de masse, et leur travail passe un peu à la trappe. Donc je trouvais important de le regrouper, le réunir, pour qu’on en ait conscience », a-t-elle poursuivi.

Arsène DOUBLE

Mots-clefs : , , , , , , ,