Suivez Nous

« Une toile pour sauver l’Enfant »: Quand l’Art se met au service des enfants…

Arsene DOUBLE | | Evènements

À l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, la fondation « TOUS POUR LES ENFANTS » a organisé au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire la 3e édition d’« Une toile pour sauver l’Enfant » ; une exposition collective qui va s’étendre sur deux mois du 20 novembre 2019 au 20 janvier 2020. Le but de cet évènement artistique consiste, selon le président de la Fondation « TOUS POUR LES ENFANTS », Olivier PEPE, à venir en aide aux enfants.

Ils sont nombreux cette année à avoir les honneurs de la cimaise. Du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire au Casino Barrière Eléphant d’Or d’Abidjan, en passant par l’Hôtel ibis Abidjan Plateau et l’Hôtel pullman Abidjan, 100 artistes peintres devront exposer, dans le cadre de la 3e édition d’ « Une toile pour sauver l’Enfant » ;un évènement artistique initié par la Fondation « TOUS POUR LES ENFANTS ». A l’instar des éditions précédentes, les artistes ont choisi volontairement de s’associer à l’ONG pour soutenir les enfants démunis, issus de milieux défavorisés. Une partie de la vente des œuvres d’art, estimée à plus de 200, servira ainsi à la réalisation d’un espace de divertissement et de lecture aux enfants du quartier Gbagba de Bingerville ; des enfants qui sont mis à l’honneur cette année.

Les cimaises du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, marquant la première étape de cette exposition collective, accueillent une partie des 200 impressionnantes toiles prévues. Cinq des artistes peintres exposants rencontrés sur place se confient au micro de 100% culture. Leurs œuvres, dans l’ensemble, adressent un message fort tant aux adultes qu’aux enfants.

« L’ACCOLADE », signée par Doudou B, prône le vivre ensemble. Selon l’artiste, le tableau qui présente deux jeunes filles, l’une donnant l’accolade à l’autre, évoque l’amour fraternel et l’amour du prochain. L’œuvre est inspirée de la vie de Doudou Brice, qui déclare : « Je mets en exergue ce que moi je n’ai pas connu : l’amour fraternel entre les enfants.».

Avec son ouvrage très touchant « INNOCENCE », Charles David, artiste peintre et étudiant en architecture d’intérieur, invite les parents à accorder plus d’attention aux enfants. « Innocence » représente un enfant pathétique au visage déformé avec un œil ensanglanté, mais tout souriant avec une main tendue en signe de supplication. « J’ai voulu à travers ma toile, explique-t-il, montrer l’innocence et la joie qui se dégage de l’enfant et sensibiliser chaque parent à accorder un bout de soi à l’enfant. Que ce soit de leur temps ou argent. Contrairement à ce que pensent la plupart des personnes, prendre soin de l’enfant ne signifie pas qu’il faut forcément lui offrir de l’argent. Les enfants n’attendent pas toujours de l’argent de la part des parents, mais de l’attention et de l’affection. »

Le respect des devanciers et des personnes âgées, tel est l’idée défendue par Emmanuel Le Christ. Son œuvre « BÉNÉDICTION » met en évidence deux personnages, dont l’un, plus jeune, reçoit l’imposition des mains du plus âgé. « Dans une société où le respect des aînés perd sa place, j’exhorte les jeunes à travers ce tableau à respecter les personnes âgées afin de recevoir leur bénédiction. », fait-il savoir.

Quant à Aristide Kouamé, l’artiste manifeste un sentiment écologiste. Préoccupé par la prolifération des ordures, l’une des plus grandes menaces de notre planète, il « invite tout le monde à se tourner vers son environnement immédiat en luttant contre la prolifération des ordures, à travers le recyclage ». À partir des tongs, c’est-à-dire les sandales, ramassées en bordure de mer, Aristide réalise des œuvres d’art et dessine des lettres pour non seulement exhorter tout le monde, adultes et enfants, au recyclage, mais aussi dénoncer des faits de notre société, notamment la pollution environnementale et le viol. Le présent tableau « BONHEUR » affiche le visage souriant d’une fillette et un slogan « Non au viol ».

« Nous devons être témoins de notre temps en luttant, pense Aristide, contre la prolifération des ordures, l’une des plus grandes menaces de notre planète. »

De son côté, le peintre Anvilo préfère inviter chacun de nous à une introspection. A travers « SUBLIME », œuvre faite à partir d’un collage de perle, l’artiste figure un très beau personnage féminin. Il est, selon Anvilo, bon à un moment donné de notre vie de « faire un bilan intérieur, une analyse de soi, pour mieux aborder le lendemain ».

Pour rappel, « Une toile pour sauver l’Enfant » se tient du 20 novembre 2019 au 20 janvier 2020. Soutenir les enfants défavorisés qui sont censés être l’affaire de tous constitue l’objet principal de l’exposition collective. « Acheter une toile sera donc l’occasion de s’impliquer autrement et différemment, dans le bien-être des enfants en Côte d’Ivoire », selon La Fondation « TOUS POUR LES ENFANTS », qui s’efforce de faciliter l’épanouissement de l’enfant.

 

Arsène DOUBLE