Suivez Nous

L’Afrique et le théâtre comme marque de fabrique

Corinne Binesti | | Evènements

© Crédit Photo: Corinne Binesti

Depuis 10 ans, l’antenne française de la compagnie malienne BlonBa a été confiée au théâtre de l’Arlequin dans l’Essonne. Un genre unique en France.

L’Arlequin théâtre de 84 places est situé à Morsang sur Orge dans le département de l’Essonne. Cette structure artistique, née au Mali et très active dans ce pays d’Afrique est également bien présente en Ile-de-France. « Le fait qu’un théâtre d’Ile-de-France ait été confié à une compagnie née en Afrique, est un fort symbole. L’Arlequin est à l’image de la société française d’aujourd’hui : relié à des cultures venues de partout », raconte Jean-louis Sagot duvauroux, écrivain, dramaturge, directeur de l’Arlequin et Co-fondateur avec Alioune Ifra Ndiaye de la compagnie BlonBa au Mali : « Notre programmation est placée sous le signe de la diversité : diversité des genres artistiques, diversité des origines géographiques. Les cultures de tous les continents y trouvent place. » Aussi cet espace est ouvert à toutes les rencontres et les découvertes : théâtre, danse, musique, photographie, audiovisuel marionnettes, clowns…La vie du théâtre associe, par ailleurs, chaque fois que possible et très librement les associations, les institutions, les groupes humains qui font la vie de l’agglomération du Cœur d’Essonne.

 

Le mois de BlonBa

Chaque année au printemps, régulièrement, le mois de BlonBa revient et se consacre à la création africaine. Les spectacles de BlonBa y trouvent une place naturelle, tant dans la programmation que dans les nombreuses propositions d’actions artistiques proposées par le théâtre. Ces temps forts permettent au public de découvrir un grand nombre d’artistes, comédiens, danseurs, musiciens, poètes…

 

Une scène ouverte

L’Arlequin est aussi un lieu de résidence pour de nombreuses jeunes compagnies qui peinent à trouver des espaces adaptés. Plusieurs d’entre elles ont pris à Morsang leur essor. La scène est également ouverte à de nombreux ateliers de théâtre : classes de conservatoires municipaux, ateliers spécialisés pour des personnes souffrants de handicaps, stages divers.

Chaque année, en juin, l’Arlequin organise un festival de pratiques amateur : les Rencontres Made in Cœur d’Essonne, qui permettent aux équipes cris concernées de montrer dans de bonnes conditions le fruit de leur travail.

Pour l’heure, l’Arlequin vise à faciliter l’accès de tous aux arts de la scène et s’inscrit comme théâtre démocratique et populaire : « L’objectif est de créer les conditions pour que le public puisse s’approprier le lieu et s’y sentir chez soi », raconte Jean-Louis. Avec la volonté de rapprocher tous les publics de la création contemporaine.  Aussi, la tarification est au choix du spectateur : « En effet, les tarifs varient entre 2€, 5€ ou 10 € et 1€ pour les moins de 12 ans. Cette contribution n’est pas un prix car ce qu’on vit au théâtre est sans prix. Le but est que cela puisse permettre à tous de venir autant que possible », précise-t-il.

 

Quelques dates du programme du mois de Blonba à l’Arlequin

Samedi 16 février à 20h30 : Les Bonnes, de Jean Genet – Théâtre – Mise en scène de Souleymane Sow avec la compagnie ivoirienne Dumanlé.

vendredi 22 février à 20h30 : La danse ou le chaos (reprise) – Danse contemporaine – avec Souleymane Sanogo, chorégraphie Tidiani Ndiaye sur une idée de Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Accompagnement mise en scène François Ha Van.

 

Corinne Binesti