Suivez Nous

France : La fête de la musique aura bel et bien lieu, malgré le coronavirus

Arsene DOUBLE | | Evènements

Dimanche 21 juin, se tiendra, comme chaque année depuis 1972, la fête de la musique en France. Et ce, malgré la crise du coronavirus. Si la date de sa célébration est maintenue, la manifestation culturelle aura à subir de profonds changements dans son organisation.

La fête de la musique se pose comme l’une des rares manifestations culturelles qui n’auront pas à subir de report en cette année 2020, marquée par la crise du coronavirus. Certes, elle se tiendra à la date indiquée, mais connaîtra de sérieux changements dans son organisation. Les communes sont obligées de s’adapter aux contraintes sanitaires pour ce 21 juin. C’est une fête pas comme les autres qui attend les mélomanes, où concerts virtuels et distanciation sociale seront de mise.

« Le 21 juin, nous fêterons la musique ! » Voici ce que clamait haut et fort le ministre de la Culture Franck Riester, vendredi 15 mai dernier, alors que les troubles causés par la crise sanitaire du coronavirus laissaient planer le doute sur la possibilité que l’événement créé par Jack Lang en 1982 puisse se tenir à nouveau en 2020.

Puis le 16 juin, un mois après la déclaration de Franck Riester, son ministère a mis en ligne ses directives pour que les célébrations aient lieu en dépit de l’épidémie. Des consignes qui ne laissent qu’une marge de manœuvre limitée aux villes pour préparer la soirée.

Des concerts pourront avoir lieu le 21 juin, mais à des conditions bien définies. Il faudra notamment que la distanciation sociale puisse être respectée (avec des sièges interdits par exemple), qu’aucun attroupement ne puisse se former (pas de fosse, donc) et que l’ensemble des règles sanitaires soient appliquées.

Première grande initiative à bénéficier de cette évolution des consignes, la grande soirée télévisée de France 2 diffusée ce vendredi 19 juin se déroulera ainsi dans une Accor Arena (Bercy) où prendront place une quarantaine d’artistes, mais surtout deux mille personnes dans le public.

Mais économiquement, cette solution des salles réduites peut être compliquée. La ville de Pau a par exemple proposé à des artistes de venir jouer sur une scène en plein air pouvant accueillir d’ordinaire 3.000 curieux. Mais à cause du covid-19, elle prévoyait de réduire l’assistance à 300 personnes, ce qui de fait a rendu l’opération trop coûteuse pour certains groupes.

La fête de la musique fera la part belle également à des initiatives en ligne. Bien avant que le ministère communique finalement sur cette possibilité des concerts avec public, des municipalités avaient pris les devants et anticipé une possible interdiction. C’est ainsi que de nombreuses communes ont prévu de convier leurs habitants à fêter la musique de façon numérique. Besançon par exemple, propose depuis des semaines aux chanteurs et musiciens d’envoyer leur performance en vidéo afin de les diffuser -avec le concert d’associations- le jour J.

 

Arsène DOUBLE