Suivez Nous

Le Centre d’Action Culturel d’Abobo, très engagé dans la formation des acteurs culturels

Arsene DOUBLE | | Evènements

Le Centre d’Action Culturel d’Abobo ( Cacab ) a organisé, du 27 au 28 juillet 2021, un séminaire de formation des acteurs culturels

Le Centre d’Action Culturel d’Abobo ( Cacab ) a organisé, du 27 au 28 juillet 2021, un séminaire de formation des acteurs culturels. Placée sous le thème : « Management artistique et culturel : élaboration de projet et de dossier artistique, et stratégies de vente de spectacle », cette belle initiative du Cacab vise à renforcer les capacités des acteurs culturels, notamment les comédiens, danseurs, chanteurs, ainsi que tous ceux qui les accompagnent dans leur carrière artistique.

 

« Le problème que nous avons généralement en Côte d’Ivoire est celui de la formation ou de l’information. Certaines choses sont simples à réaliser. Mais, si on ne sait pas dans quel ordre les prendre, on se retrouve en train de partir dans tous les sens. », a fait remarquer le formateur Zié Coulibaly, enseignant à l’Insaac et directeur délégué de l’Institut français de Côte d’Ivoire.

Cette grande figure de la culture ivoirienne était accompagnée du jeune metteur en scène Abdel Camara pour assurer, sur deux jours, la formation d’une quarantaine d’acteurs culturels sur la gestion de leur carrière artistique.  Nos deux formateurs, Zié Coulibaly et Abdel Camara, les ont non seulement appris à élaborer un projet et un dossier artistique, mais aussi montré les stratégies de vente de leurs spectacles. D’où, le béaba d’une carrière artistique réussie.

Cette formation, qui cadre avec les missions du Cacab à savoir former et accompagner les artistes, vise à renforcer les capacités des acteurs culturels, à savoir les comédiens, danseurs, chanteurs, ainsi que tous ceux qui les accompagnent dans leur carrière artistique.

« Nous voulons, à travers cette formation, que tous les participants acquièrent des compétences et les développent pour être plus compétitifs, afin d’améliorer leur condition de vie.», a indiqué Hortense Zagbayou Bekouan, directeur du Centre d’Action Culturelle d’Abobo, dans son allocution luminaire.

 

Zié Coulibaly : « Il faut s’entourer des spécialistes, en tant qu’artiste »

« Aujourd’hui, si nous voulons vivre de l’art que nous avons choisi comme métier, nous devons nous organiser. Il faut avoir des méthodes de travail. Et ces méthodes manquent souvent à nos artistes. Et c’est ce que nous tentons de leur donner. C’est-à-dire le béaba. », explique le docteur Zié Coulibaly.

Selon cet enseignant de l’Insaac qui insiste sur la nécessité de la formation des acteurs culturels, l’artiste doit se constituer une équipe de spécialistes pour mieux vendre ses productions. Pour jouir d’une longue et brillante carrière, l’artiste doit évoluer en équipe.

« Il faut s’entourer des spécialistes, en tant qu’artiste, afin que nos productions soient vendues et vendables. », conseille-t-il, avant d’ajouter : « La création doit être libre. Quand je dis libre, le créateur doit avoir l’esprit libre, dégagé. C’est ce que nous conseillons aux gens. »

Déplorant l’échec de certaines célébrités dont il a préféré taire les noms, le directeur délégué de l’Institut français de Côte d’Ivoire déclare : « Nos artistes n’ont pas de plan de carrière. Aujourd’hui, ils brillent, et deux ans après, ils deviennent méconnaissables. Au moment où ça marche, ils ne se demandent pas comment cela s’est passé pour chercher à faire mieux demain.»

Débutée le mardi 27 juillet, la formation a pris fin le mercredi 28 juillet avec la remise des diplômes aux participants, parmi lesquels figuraient des grands noms de la culture ivoirienne, dont le comédien Abass et le reggaeman Hamed Faras.

 

Arsène DOUBLE

Mots-clefs : , , , ,