Suivez Nous

Abidjan art festival Coup d’essai, coup de maître

Olivier Yro | | Evènements

Du 19 au 26 septembre s’est déroulé pour la première fois en Côte d’Ivoire le festival des Arts Visuels d’Abidjan. Une tentative plutôt réussie de Stefan Meisel soutenu par l’Association pour les Arts-plastiques en Côte d’Ivoire (A.A.P.C).

La cérémonie d’ouverture qui a vu la présence du premier responsable de la culture, le ministre Bandama Maurice, s’est déroulée à la fondation Amadou Hampâthé Bâ, là ou il y avait une pléthore de plasticiens et amis des arts visuels se sont donnés rendez-vous. Ce sont environ une bonne centaine d’artistes qui ont été portés à hauteur de vue pour une première fois. Mais à leurs côtés, les organisateurs ont fait appel à des professionnels de l’art pictural ivoirien comme pour apporter leur bénédiction à cette initiative, que l’on semblait vraiment attendre.

Au total, les esthètes ivoiriens ont suivi l’ouverture de sept expositions dont deux en solo (Stéphane Blé et Wèrè Wèrè Liking) avec une centaine d’artistes débouchant sur un aperçu de la scène artistique  actuelle du pays. Il fut un superbe moment de retrouvailles pour des artistes dont on avait perdu la trace et surtout dont le souvenir commençait à devenir vague dans l’esprit des uns et des autres, surtout pour les plus jeunes. C’est ainsi qu’on a retrouvé avec chaud plaisir la silhouette de certaines icônes de la peinture ivoirienne comme Grobly Zirignon,  Michel Kodjo, Kablan Cyprien, Tamsir Dia, Justin Oussou, César Dogbo.

Le bénéfice de cette opération fut également l’occasion  de connaitre le potentiel existant de nos artistes car  les expositions, bien qu’elles connaissent une résurgence ces temps-ci, mettaient surtout en valeur des artistes invités originaires d’autres pays. « Abidjan Art festival est donc cette vendée, qui, selon son initiateur, Stefan Meisel, permettra d’éclater les Arts Visuels d’une part. Mais aussi de donner une chance d’éclore aux plus jeunes en proposant des œuvres à des tarifs étudiés. Pour les Elders qui y participent, dit-il, il s’agit de montrer une nette homogénéisation dans laquelle ils peuvent se fondre. S’ils le veulent ».

Une opération, notons-le, a permis de rallier sept espaces d’exposition tels que la galerie Houkamy Guyzagn (Cocody), l’atelier Sié (Zone 4) et la galerie Amani à marcory, la Villa Kiyi, le Musée municipal d’art contemporain et la fondation Amadou Hampâthé Bâ à Cocody. A cela se sont ajoutées la chambre de commerce et d’industrie au Plateau et la galerie « A » à Bassam.

En clair, Abidjan Art Festival fut une messe des arts plastiques et du Design qui, une semaine durant, a permis une décongestion véritable des conditions d’exposition qu’attendront certainement ceux qui en ont bénéficié cette année. Maintenant, entre le succès médiatique et promotionnel et celui économique, l’on est curieux de savoir le ratio. Vivement l’édition 2015

Olivier Yro