Suivez Nous

2e édition du Festival du cirque d’Abidjan : de nouvelles ambitions pour une mise en valeur des talents naturels

Jean Paul Tra Bi | | Evènements

Les Rencontres Interculturelles du Cirque d’Abidjan ont une nouvelle fois illuminé l’Institut français de Côte d’Ivoire ! Ce projet qui a marqué les esprits en 2018, a proposé cette année des spectacles de belle qualité, sous l’œil attentif d’une troupe du Cirque du Soleil, venue spécialement pour découvrir le festival. Des Rencontres interculturelles du cirque ont été l’objet d’une annonce de la création d’un centre de formation aux métiers du cirque à Abidjan. L’objectif de ce festival était de mettre en valeur les talents naturels de la région.

L’idée de   création d’une école de formation du cirque pour les jeunes talents africains est   indispensable. Ce lieu permettra à ces jeunes de développer leurs talents.

Ce festival à visée culturelle et sociale a accueilli sur cinq jours, du mercredi 6 février au dimanche 10 février 2019, 48 artistes de sept compagnies originaires du Japon, de France, du Maroc, d’Afrique du Sud et d’Ethiopie, avec un invité de prestige, le Cirque du Soleil, du Canada.

« Ici à Abidjan, il y a une idée de créer un centre de formation des arts du cirque qui répondrait à un grand besoin parce qu’il y a beaucoup de talent, mais il n’y a pas de centres de formation et très peu de centres de formation dans l’ensemble de l’Afrique en fait. Donc c’est un super beau projet. Nous, on est dessus aussi pour évaluer s’il y a des conditions gagnantes pour créer un partenariat. » expliquait Emmanuel Bochud, chef des affaires publiques et des relations dans les communautés du Cirque du Soleil.

Ainsi, la plupart des jeunes qui s’adonnent à cette activité n’ont reçu aucune expérience dans une école de formation.  Ils sont généralement « déscolarisés » et ont appris le métier naturellement.

“Nous voulons accueillir une cinquantaine de jeunes et leur enseigner toutes les disciplines du cirque : la danse, le théâtre, la musique, le chant, l’entraînement sportif… Mais aussi les métiers techniques (son, lumière, image…) et l’administration d’une compagnie” a déclaré la fondatrice des RICA Chantal Djedje.

Le festival a gardé sa dimension sociale et culturelle pour les circassiens (artistes de cirque). Ce fut un grand spectacle qui a pu enregistrer plusieurs compagnies à un tarif assez abordable et a été présenté le samedi 10 février au Palais de la Culture de Treichville dans la plus grande salle de spectacle.

Cette idée de créer un centre de formation répond à une préoccupation des jeunes talentueux d’Afrique car, l’Afrique est dotée de divers talents naturels mais ne possède pas de formation. « On est venu pour évaluer s’il y a des conditions gagnantes pour créer un partenariat, et on aimerait beaucoup soutenir cette école, à condition que ce soit durable dans le temps », affirme Emmanuel Bochud.

En Afrique, « les jeunes en veulent, ils sont forts, ils ont une identité culturelle. Le cirque africain va avoir sa propre saveur, sa propre couleur, sa propre identité, pour être unique au monde » et « on est heureux que les RICA nous offrent un beau partenariat pour venir aider le développement du cirque africain ». Ajouta-t-il.

 

Jean Paul TRA BI