Suivez Nous

11e édition du SILA : proclamation des lauréats des prix littéraires et d’éditions

Danielle YESSO | | Evènements, Litterature

“Le livre, mon compagnon au quotidien”, est le thème choisi cette année pour la tenue du Salon International du Livre d’Abidjan avec pour pays hôte la France. Pour son ouverture officielle, une conférence inaugurale dirigée par l’écrivaine Véronique Tadjo, a eu lieu ce mercredi 15 mai 2019 à 9h au Palais de la culture de Treichville. L’événement s’est soldé par la cérémonie de présentation des lauréats aux différents concours du SILA 2019.

Mme Véronique Tadjo, auteure à l’honneur de cette 11è édition et lauréate du prix Bernard Dadié en 2014, a invité la jeune génération à s’intéresser à la littérature afin de pallier aux problèmes sociaux contemporains. Pour elle, il faudrait composer « des livres dans lesquels, l’imagination restera reine tout en abordant les thèmes écologiques brûlants de notre époque ». Elle invite aussi la jeune génération à s’inspirer des prédécesseurs de la littérature africaine, qui « ont su utiliser les livres comme outil de combat pour obtenir les indépendances (…) et relever ainsi les grands défis de leur temps ».

 

Des prix mérités

La proclamation des lauréats débute avec le prix Afrilivre du collectif des éditeurs africains. Initié depuis 2015, il récompense un écrivain qui s’est démarqué par ses écrits pendant l’année en cours. Ce prix est doté d’une somme de 5000€, environ 3.279.785 fcfa. S’en suit le prix de la relève qui récompense les meilleurs élèves des catégories primaires, collèges et lycées, qui se sont démarqués par une maîtrise de la langue française et des expressions écrites et orales à travers des épreuves. Dans la catégorie primaire, le premier lauréat est l’EPP rosiers 5 de Cocody. À la deuxième place, se trouve l’EPP Magic System de Marcory Anoumabo.

Pour la catégorie secondaire, la première place revient au Groupe Scolaire Notre Dame de Lourdes de Yamoussoukro et le lycée municipal de Marcory se retrouve en deuxième position. Ce prix de la relève portera désormais le nom de René Yedeti pour tout son dévouement à l’endroit des enfants. Il offre d’ailleurs un chèque livre d’une valeur de 350.000 FCFA au lauréat. Mme Brou Lydie, représentante du service de promotion de la lecture et des bibliothèques scolaires au ministère de l’éducation nationale, s’est exprimée à propos des prix en ces termes : « c’est vrai que c’est l’écrivain qui veille et qui pense, mais sans lecteur c’est comme s’il n’avait rien fait. C’est pour cela qu’il est bon de promouvoir la création des bibliothèques afin d’inculquer le goût du livre aux enfants pour qu’ils soient des personnes qui accompagnent les écrivains dans la promotion de la lecture ».

Cette année, le prix SILA 2019 des médias a été décerné à Jean Christophe Diomandé de la web TV « Source Africa TV ». Il s’est démarqué en présentant 8 enquêtes qui ont émerveillé le jury. Il repart avec un trophée, 350.000 FCFA et un chèque livre de 150.000 FCFA. Le prix SILA de l’édition a eu en compétition 6 ouvrages dont un d’art qui a été marqué par la qualité de la réalisation. Ce qui a valu la création d’un prix spécial SILA de l’édition qui revient à la maison d’édition Eburnie. Le prix principal revient à JD Édition, dont le titre de l’œuvre est Un préservatif au couvent de Brice Konaté. Le prix est doté d’une somme d’un million de FCFA, un trophée et des gadgets de différents partenaires.

Les tout-petits n’ont pas été en marge de ces distinctions. Le prix Jeanne de Cavally de la littérature infantile, est revenu à la célèbre écrivaine Fatou Kéita avec son œuvre L’or des plantations de cacao parue aux éditions Eburnie. Elle remporte la somme de 350.000 FCFA, un chèque livre de 150.000 FCFA, des gadgets etc. Le grand prix national Bernard Dadié de la littérature est remporté par l’œuvre Camarade Papa d’Armand Gauze avec en prime une somme d’un million de francs. Quant au prix national Bernard Dadié du jeune écrivain, il revient à Serge Amessan, jeune poète, qui repart avec 500.000 FCFA.

À la fin de cette cérémonie, les participants ont pu visiter les différents stands des différentes maisons d’édition. De nombreux élèves de différentes écoles de la capitale ont pu découvrir le goût de la littérature. Comme la jeune Konaté Fatima, élève en classe de seconde à qui le salon a été très bénéfique selon ses dires : « Le salon m’a permis de découvrir des livres que je ne connaissais pas et des livres qui m’étaient utiles aussi. Je me posais beaucoup de questions et j’ai trouvé des livres qui pouvaient répondre à ces questions », dévoile-t-elle.

Les différentes maisons d’édition présentes ont saisi l’occasion de présenter au public leurs œuvres. « C’est un salon très important qui nous permet de faire connaître nos livres au niveau scolaire, au niveau de la littérature et des livres diffusés car il y a beaucoup de visiteurs », rapporte une représentante de la maison d’édition « Les Classiques Ivoiriens », qui s’occupe des livres de l’enseignement catholique.

 

Danielle YESSO